Édouard Philippe ne participera pas au Conseil national de la refondation

Photo
GONZALO FUENTES / REUTERS

GONZALO FUENTES / REUTERS

Édouard Philipppe photographié avec Emmanuel Macron à l’Élysée au mois de juin

POLITIQUE - Si même les poids lourds de la majorité sont sceptiques… Alors que le Conseil national de la refondation voulu par Emmanuel Macron ne convainc pas l’opposition, Édouard Philippe compte également se tenir à l’écart de l’initiative.

Selon les informations de RMC et franceinfo confirmées à l’AFP, l’ancien Premier ministre ne participera pas au CNR, et fera représenter son parti Horizons par un cadre. Officiellement, le maire du Havre est pris par des engagements internationaux. Il sera à Québec au congrès des villes Patrimoine mondial de l’Unesco (dont fait partie Le Havre) le 8 septembre, date du lancement du CNR.

Un prétexte qui tombe à pic, puisque ses proches font savoir à RMC et franceinfo que l’ancien locataire de Matignon n’est pas vraiment emballé par l’idée d’Emmanuel Macron, à laquelle il « ne croit absolument pas ». Ce qui sonne comme un désaveu pour le chef de l’État, dont l’initiative ressemble de plus en plus à une coquille vide.

« Partager les diagnostics »

Dégainé juste avant les élections législatives, le Conseil national de la refondation est censé réunir responsables politiques, syndicats, associations et citoyens autour de grands sujets de réforme. Mais à en croire franceinfo, plusieurs structures de poids, à l’image de l’association des maires de France ou de la CGT, n’ont toujours pas confirmé leur participation.

« Je m’interroge. Est-ce que, dans la période actuelle où on fait face à des défis considérables (...) c’est naturel de refuser la discussion avant même qu’elle n’ait commencé ? », a réagi sur France inter Élisabeth Borne, interrogée sur le refus des oppositions de se joindre à l’instance.

« Je trouve un peu paradoxal de refuser la discussion. C’est important que l’on puisse partager les diagnostics, discuter des objectifs », a-t-elle ajouté, précisant que « la porte resterait ouverte » à ceux qui décideraient finalement d’en être.

À voir également sur Le HuffPost : Rentrée : Macron demande à ses ministres « sérieux et crédibilité »

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi