Édouard Philippe « n’a pas la force d’un tueur » : petite vacherie d’un proche de Macron

Édouard Philippe est-il un allié ou plutôt un danger pour Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle de 2022 ? L’été dernier, juste avant le remaniement et l’arrivée de Jean Castex à Matignon, le Premier ministre de l’époque affichait une très forte popularité. Malgré ces sondages positifs et son retour à la mairie du Havre après trois années passées à gouverner le pays, Édouard Philippe martelait tout de même sans cesse sa loyauté envers le président. « Édouard est un juppéiste pur sucre, et, en cette qualité, il ne présente aucun symptôme de loyauté sauf à l'égard de lui-même », lâche l’un de ses anciens amis dans une enquête réalisée par L’Express au sujet de l’ancien Premier ministre. « Je n'irai pas contre le président, mais je ne mourrai pas pour lui », avait déclaré Édouard Philippe rappelle le magazine. Un entre-deux qui ménage le suspense et fait craindre d’éventuelles ambitions qui pourrait mettre le chef de l’État dans l’embarras s’il devenait candidat. « Il n'a pas la force d'un tueur, il va continuer à se dandiner », tempère avec ironie dans l’hebdomadaire un ami d’Emmanuel Macron.

Plutôt que de véritablement se lancer, Édouard Philippe pourrait essayer de peser sur la campagne et sur un second mandat de l’époux de Brigitte Macron en cas d’une éventuelle réélection. « Fidèle, mais pas nigaud », il aurait, selon L’Express, trouvé une stratégie pour avoir une « possibilité de négocier des ministres ». Le maire du Havre proche d’Alain Juppé mettrait à contribution (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Des allers retours", Manuel Valls évoque sa vie de couple avec Susana Gallardo
Affaire Gérard Louvin : les révélations de Grégory Basso
"Pourquoi il écrit ça, lui ?" : quand Emmanuel Macron peste contre les journalistes
Avant William et Harry, Elizabeth II et Margaret : menaces de suicide et détachement extrême
Coldcase Brittany Murphy : le mystère de sa mort perdure