Édouard Philippe "Aux manettes": Trois raisons de regarder le documentaire

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - C’était un film attendu. Le résultat est au rendez-vous. Ce dimanche 4 juillet, à 20h50, France 5 diffuse le troisième volet de la série documentaire “Édouard, mon pote de droite”, du réalisateur Laurent Cibien.

“Aux manettes”, retrace les trois années d’Édouard Philippe à Matignon. Après l’épisode 1, “Le Havre”, marqué par le début de carrière du maire du Havre qui dormait sur la moquette de son bureau et écoutait du rock entre deux coups de fil à sa fille ou à des personnes à virer de sa liste municipale; après l’épisode 2, consacré à la primaire de la droite quand Édouard Philippe était le porte-parole d’Alain Juppé, voici donc “Aux manettes”, le volet le plus passionnant des trois. Et voici trois raisons de le regarder.

1- Pour les coulisses de Matignon (et du Covid)

Il vaut surtout parce que les moments historico-politiques qu’il nous montre sont bien plus exceptionnels que les précédents. Pendant trois heures, le réalisateur nous embarque dans les coulisses des trois années d’Édouard Philippe à Matignon. De son arrivée en sifflotant rue de Varenne à la crise des gilets jaunes vécue dans son bureau, jusqu’au coronavirus qui écrase tout - et le reste du film - en passant par la réforme des retraites.

Les moments sont précieux, car l’ami journaliste réussit à capter l’attention - et le temps - de son ami de droite d’hypokhâgne arrivé au plus haut sommet de sa carrière actuelle. Par une habile réalisation, on voit Philippe, assis toujours à la même place de son bureau, parfois en bras de chemise, mangeant des pâte...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles