Édouard Philippe lance une campagne d'adhésion pour "Horizons" et affiche sa "stratégie" en vue de 2027

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'ex-Premier ministre a publié vendredi une vidéo sur les réseaux sociaux. Il s'agissait de lancer une campagne d'adhésion en faveur du parti qu'il a fondé à l'automne dernier, Horizons. Mais cet appel a un autre objectif: entretenir sa présence médiatique et de cultiver sa différence avec Emmanuel Macron.

La vidéo diffusée vendredi par le parti d'Édouard Philippe, Horizons, comporte deux versants: l'un explicite, l'autre plus discret. Côté face, il s'agissait pour la formation fondée le 9 octobre dernier par l'ex-Premier ministre de tenter de séduire de nouvelles recrues et les convaincre d'adhérer. Côté pile, l'ancien chef du gouvernement y soigne son image médiatique, renforce son indépendance vis-à-vis d'Emmanuel Macron et rode son discours en attendant l'échéance de 2027.

"Stratégie", comme un mantra

S'il n'est bien entendu jamais question de ce futur scrutin dans cette vidéo longue de plus de six minutes et où le maire du Havre est de tous les plans, celui-ci ne cache pourtant aucunement ses intentions. "Notre objectif, c’est de construire progressivement une stratégie pour notre pays", glisse-t-il. "Stratégie", le mot est lâché, et revient sans cesse dans cet appel, comme un mantra. "Il faut se rassembler dans un parti pour peser dans une démocratie, c’est pour ça qu’on a créé Horizons", ajoute par ailleurs l'ancien pensionnaire de Matignon.

Un poids encore modeste dans les institutions. Horizons compte 28 députés au sein de l'Assemblée nationale, et a placé deux ministres au gouvernement: Agnès Firmin-Le Bodo, ministre déléguée chargée de l'Organisation territoriale et des Professions de santé, et surtout Christophe Béchu, son numéro 2 et maire d'Angers, qui vient de reprendre le ministère de la Transition écologique.

Édouard Philippe profite encore de cette vidéo pour développer sa feuille de route programmatique. Il pointe ainsi:

"Un système éducatif qui fonctionnerait nettement mieux, c’est l’assurance dix ou vingt ans plus tard d’une puissance, d’une prospérité retrouvée ou accrue." Il se tourne en direction des élus locaux: "Les maires doivent participer au débat public plus qu’ils ne le font aujourd’hui". Et décrit enfin le comportement à adopter sur la scène politique: "Il faut essayer d’enlever dans toute la mesure du possible de notre façon de faire de la politique l’acidité, l’agressivité, l’irrespect… tout ce qui nous tire par le bas."

Un appel qui ressemble à s'y méprendre à un clip de campagne

Sur notre plateau ce samedi, Philippe Corbé, le chef de notre service politique, a salué la forme. "Ça ressemble à un clip de campagne, c’est un exercice de communication plutôt réussi". "C’est beaucoup moins glacé que la web série qu’avait faite Emmanuel Macron – Le Candidat – et où il paraissait un peu seul", a-t-il comparé.

Prendre ses distances

Car selon notre journaliste, là est bien l'essentiel: le moment est venu pour Edouard Philippe de se démarquer. "Ce qui est frappant, c’est qu’il ne fait pas allusion à Emmanuel Macron, ni à la majorité à laquelle il appartient aujourd’hui. Et il dit vouloir 'voir loin', ne 'pas avoir le nez dans le guidon'. Bon, il a le nez fixé sur 2027 évidemment", a-t-il remarqué.

Préparer le terrain si longtemps en amont s'annonce toutefois comme une tâche ardue. "Il a cinq ans devant lui. C’est à la fois très long – comment faire pour rester populaire, être dans le débat public quand il faut sans saturer les espaces au risque de fatiguer ? – et en même temps c’est un avantage parce qu’il peut tracer des perspectives lointaines, longues", a balancé Philippe Corbé avant de prolonger: "Un de ses proches me disait 'Il fait cette vidéo mais il ne parlera pas dans les médias dans les prochains mois'."

Proposer ses recettes politiques en vidéo avant de s'atreindre à une diète médiatique: Edouard Philippe semble avoir trouvé son régime pour le mandat à venir.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Une grande coalition" à l'Assemblée est-elle possible, comme le suggère Édouard Philippe ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles