Édouard Philippe fatigué : sa barbe n’est pas le seul signe

Gilets jaunes, crise sanitaire, mobilisation anti-raciste, manifestations des soignants… Les derniers mois ont été éprouvants pour les Français, et ceux qui les gouvernent n'ont pas été épargnés. Édouard Philippe, qui a été sur tous les fronts et assure aussi sa campagne électorale pour la mairie du Havre, accuse le coup. Le Premier ministre est fatigué. Sa barbe blanchie - à cause de la maladie (le vitiligo) dont il souffre et tout ce stress accumulé – n'est pas le seul signe. Il a parfois du mal à garder son calme, comme le mardi 16 juin dernier, où il a laissé échapper un petit "merde" au milieu de l'Assemblée nationale.

En rendant hommage à une ancienne consœur, Valérie Lacroute (Les Républicains), élue maire de Nemours, Édouard Philippe s'est confronté à l'impatience des autres députés, qui voulaient aussi avoir la parole dans cette séance de questions au gouvernement. Cette mini-rébellion n'a pas plu au Premier ministre, qui s'est alors légèrement emporté : "J'ai quand même le droit de dire à Madame la députée que pendant cinq ans nous avons siégé ensemble et que j'en conserve un excellent souvenir, quand même... Merde !" Léger emportement qu'il a tenté de masquer, tant bien que mal, par un sourire forcé.

"Si Macron veut qu'il reste, il restera"

Édouard Philippe est donc bien épuisé. Et cette menace de remaniement ministériel imminent n'arrange certainement rien à son état de fatigue. À moins que quitter Matignon s'apparente plus à un soulagement pour lui qu'une déception.

Retrouvez cet article sur GALA

Koh-Lanta : ce gros changement qui attend les aventuriers la saison prochaine
Meghan Markle : ses amis lui avaient dit de se méfier de Jessica Mulroney
Brigitte Macron : son gendre fait des remous au Touquet
Lady Louise Windsor : la fille du prince Edward et Sophie de Wessex sort de l’ombre
Francis Lalanne, évincé de Fort Boyard : "Je n'étais pas le bienvenu"