Édouard Philippe entend les gilets jaunes mais garde le cap

Alexandre Boudet
Sur France 2, Édouard Philippe a dit entendre la colère des gilets jaunes mais n'entend pas changer de cap

"Le cap il est bon et nous allons le tenir. Ce n'est pas quand ça souffle qu'on change de cap", a-t-il notamment expliqué.

Pendant une dizaine de minutes, le chef du gouvernement a compilé les éléments que ses ministres avaient rappelé depuis le début de la journée. Au sujet de la mobilisation importante des gilets jaunes qui furent près de 300.000, il s'est dit frappé par la présence de personnes qui n'avaient jamais pris part à des manifestations et qui exprimaient leur peur du déclassement et l'incapacité des politiques à répondre à leurs problèmes. Et l'ancien maire du Havre de leur assurer que "la liberté d'expression et de manifestation sont garanties".

Seulement, s'il a salué les rassemblements "bon enfant", Édouard Philippe a dénoncé "des scènes qui relevaient de l'anarchie". Sans apporter plus de précision, on peut imaginer qu'il déploraient ces faces-à-faces houleux qui ont eu lieu entre automobilistes et manifestants ou peut-être le rassemblement spontané qui s'est approché à quelques dizaines de mètres de l'Élysée.

"Nous allons tenir la trajectoire carbone"

Mais, comme plusieurs de ses ministres, le locataire de Matignon a assuré aux Français que l'exécutif ne fera pas plus que le geste annoncé en milieu de semaine pour accompagner ceux qui veulent...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo peut également vous intéresser :