Édouard Philippe à la reconquête des élus

Boichot, Loris
«Le gouvernement porte une attention particulière aux territoires», a déclaré Édouard Philippe lors de son discours pour la 3e Conférence nationale des territoires. / BERTRAND GUAY/AFP

En ouverture de la Conférence nationale des territoires, le premier ministre a appelé à un « travail commun » avec les élus locaux. Il veut mobiliser les fonds européens pour les régions.

Douze mois après son installation par Emmanuel Macron, une Conférence nationale des territoires (CNT) amaigrie s'est réunie hier, dans les locaux du ministère des Affaires étrangères, à Paris. Plus d'une centaine d'élus ont participé à la troisième réunion de l'instance de dialogue entre le gouvernement et les collectivités locales, boycottée par trois grands réseaux d'élus en colère, l'Association des régions (ARF), des départements (ADF) et une partie des maires (AMF).

Territoires: Macron est-il trop jacobin? - Regarder sur Figaro Live

«Je préfère être présente, être exigeante et dialoguer, souligne Caroline Cayeux, maire Les Républicains (LR) de Beauvais (Oise). C'est toujours préférable à la politique de la chaise vide.» Présidente de l'association Villes de France, elle a pu écouter avec les élus présents les propos conciliants du premier ministre, applaudi à la fin de son discours. «Le gouvernement porte une attention particulière aux territoires», a déclaré Édouard Philippe en ouverture de l'événement, où pas moins de dix ministres se sont exprimés dans la journée.

Un discours «de vérité» pour la vice-présidente LR de la Guadeloupe, Marie-Luce Penchard. «Combatif», selon Patrick Ollier, président LR du Grand Paris. «Notamment face à l'attitude aberrante de la Commission européenne», qui a proposé de baisser d'environ 5 % les fonds européens affectés aux territoires entre 2021 et 2027, par rapport à la période 2014-2020. Le budget européen pour les régions françaises représente 18 milliards d'euros.

Les élus locaux ont-ils raison de se plaindre? - Regarder sur Figaro Live

Dans son allocution d'une demi-heure, le premier ministre a évité les sujets polémiques, comme la fin du pilotage de l'apprentissage par les (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Face à l'exécutif, la fronde des élus locaux s'amplifie 
Édouard Philippe invite l'État et les territoires à travailler main dans la main 
À l'Assemblée, Édouard Philippe lance la réforme constitutionnelle 
Conférence nationale des territoires: les cinq raisons de la colère des élus locaux 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro