Édouard Limonov : « Je regrette la grande époque de l’URSS »

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Édouard Limonov, invité de Thierry Ardisson en 1989.
Édouard Limonov, invité de Thierry Ardisson en 1989.

Nous sommes en 1989. L'Union des républiques socialistes soviétiques périclite. Arrivé au pouvoir en 1985, Mikhaïl Gorbatchev entame de vastes réformes pour sauver un géant aux pieds d'argile. Quatre ans plus tard, l'URSS est à l'agonie et ne peut empêcher la chute du mur de Berlin. C'est à ce moment-là que Thierry Ardisson reçoit dans Lunettes noires pour nuit blanche ? une émission visible sur la chaîne INA ArdiTube ? l'écrivain Édouard Limonov. Il se présente en uniforme de l'armée rouge avec « bottes totalitaires pour écraser les démocraties ». Et de dire, faraud : « C'est le même uniforme qui a pris Berlin, Vienne, Prague. » Ambiance.

Venu présenter son livre, La Grande Époque (Flammarion), Limonov se révèle nostalgique de ce régime. « C'est une grande époque, car, né dans une petite ville, mon père a fait l'école pour devenir officier. Pour mon roman, j'ai cherché un vrai héros et je ne l'ai pas trouvé dans l'époque contemporaine », explique-t-il. Pour ce Russe, décédé en 2020 à l'âge de 77 ans, il n'y a quasiment rien à redire sur l'URSS, sauf? les réformes de Gorbatchev, la perestroïka étant, pour lui, un « repentisme dostoïevskien ». « Il ne faut pas détruire l'Histoire. La Russe restera un pays communiste et collectiviste. Pourquoi casser les structures ? »

À LIRE AUSSILimonov : l'homme qui ne voulait pas mourir dans son lit

S'il trouve que le capitalisme est un régime plus efficace, bien qu'hypocrite, Édouard Limonov défend le modèle soviétique [...] Lire la suite