Ces écrivains ratés qui n'auront jamais de prix littéraires

Petit florilège de “tous ces amoureux du livre que la littérature a cruellement éconduits”.

Sorti en 2014 en Grande-Bretagne, The biographical dictionary of literary failure rend hommage à ces soldats perdus des lettres que leur malchance, leur perfectionnisme… ou leur manque de talent ont laissé dans l’ombre. Petit florilège de “tous ces amoureux du livre que la littérature a cruellement éconduits”.

Kafka, mais pas le bon

Signifiant “choucas”, ce patronyme n’est pas très répandu en République Tchèque. Hans Kafka a pourtant grandi en face de la maison où habitait Franz Kafka à Prague ! Fils d’un détaillant d’articles de fantaisie et d’une couturière, Hans est né en 1883 (oui, comme l’autre). Comme son quasi-homonyme, il a suivi des études de droit et de chimie, mais il a persisté dans ces dernières, contribuant à la mise en forme de l’amiante. Parallèlement, Hans entreprend une carrière d’écrivain, produisant d’exigeantes nouvelles puis une fable plus longue, contant la transformation d’un scarabée en homme. Sans succès. Il reçoit même un jour ce perturbant courrier : “Cher monsieur. Nous tentons déjà de publier vos œuvres. Ne vous sentez pas obligé d’en envoyer d'autres sous un maladroit pseudonyme.” Relégué dans l'ombre par cet encombrant voisin (mais pas seulement), il prit sa revanche en vivant plus longtemps que lui (Franz est mort en 1924 à 40 ans).

Otha Orkkut, dernière locutrice du cimbrien

Lire la suite