Écriture inclusive: Jean-Michel Blanquer s'offusque de l'entrée du pronom "iel" dans Le Petit Robert

·2 min de lecture
Le pronom
Le pronom

"L'écriture inclusive n'est pas l'avenir de la langue française", a tancé mardi Jean-Michel Blanquer sur Twitter. Le ministre de l'Éducation nationale réagissait à l'entrée du pronom personnel inclusif "iel" dans Le Petit Robert, contraction de "il" et "elle" "employé pour évoquer une personne quel que soit son genre", définit le dictionnaire.

"Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence", justifie Jean-Michel Blanquer.

Jolivet craint "l'avènement de l'idéologie 'woke'"

Le ministre se joignait à un communiqué publié par le député La République en Marche (LaREM) de l'Indre François Jolivet. Ce dernier, farouche opposant à l'écriture inclusive, indique dans un communiqué avoir écrit à la Secrétaire perpétuelle de l'Académie française Hélène Carrère d'Encausse pour solliciter son point de vue sur cette initiative qu'il qualifie de "très malheureuse", et s'enquérir d'un délibéré sur le sujet.

L'élu indrois voit en cette incursion dans le dictionnaire "le stigmate de l'entrée dans notre langue de l'écriture dite 'inclusive', sans doute précurseur de l'avènement de l'idéologie 'woke' (une notion aux contours mal définis, qui tend à s'immiscer dans le débat politique, NDLR), destructrice des valeurs qui sont les nôtres".

François Jolivet poursuit en dénonçant "une intrusion idéologique manifeste" qui "aboutit à une langue souillée".

"On a constaté que ce mot prenait de l'ampleur et nous l'avons intégré", a expliqué au Figaro Marie-Hélène Drivaud, lexicographe au Robert. Selon le quotidien, le pronom pourrait intégrer l'édition papier 2022, passé une période probatoire.

François Jolivet, ancien militant UMP puis des Républicains, s'était déjà illustré sur la question depuis le début de son mandat, et avait déposé en février dernier une proposition de loi visant à "l'interdiction de l'usage de l'écriture inclusive pour les personnes morales en charge d'une mission de service public".

876450610001_6235137267001

Blanquer hostile à l'écriture inclusive

Un combat qu'il a en partage avec Jean-Michel Blanquer, dont l'hostilité à l'écriture inclusive n'est pas un mystère. En mai dernier déjà, il avait fait paraître une circulaire visant à écarter "l'écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian" au sein de l'Éducation nationale.

En octobre, c'est le président Les Républicains d'Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez qui a pris une décision en ce sens pour bannir cette écriture des documents de la Région.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles