"Tout est écrit d'avance" : après ses propos "inadmissibles" sur les attentats de Merah, Jean-Luc Mélenchon dénonce un "harcèlement" (VIDEO)

·1 min de lecture

A un an de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon tient son premier gros dérapage. Sur les ondes de France Inter, ce 6 juin, le fondateur de la France Insoumise, candidat en 2022, a prophétisé que l'issue scrutin serait probablement influencée par "un grave incident ou un meurtre" survenu opportunément au cours de "la dernière semaine de la campagne présidentielle". "Tout cela est écrit d'avance", a-t-il ironisé.

Des propos qui ont beaucoup choqué et notamment parce que le chef de file de l'extrême gauche a évoqué l'attentat terroriste de Toulouse-Montauban de 2012, lors duquel Mohammed Merah a tué sept personnes (dont trois enfants juifs et trois militaires). Il a également évoqué "l'attentat sur les Champs-Élysées" (en 2017, un djihadiste avait assassiné le policier Xavier Jugelé).

L'homme politique a estimé à propos de ces deux évènements notamment qu'ils avaient servi à la droite pour "montrer du doigt les musulmans et inventer une guerre civile" pendant les deux campagnes, en encourageant à un vote sécuritaire.

À lire également

Macron, Le Pen, Mélenchon : découvrez pour qui votent les fanzouzes, la communauté de Cyril Hanoun... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles