"Il a écouté les souffrances, mais il ne les a pas entendues" : au procès de l'ex-père Preynat, les victimes doutent de la sincérité de ses excuses

franceinfo avec AFP

C'est une affaire d'agressions sexuelles emblématique de l'omerta de l'Église sur la pédophilie. Au moins huit ans de prison ferme ont été requis, vendredi 17 janvier à l'encontre de l'ex-prêtre Bernard Preynat, jugé à Lyon (Rhône) pour des faits commis entre 1971 et 1991. Le tribunal rendra sa décision le 16 mars dans ce dossier "hors du commun" selon la procureure, Dominique Sauves.

Ce procès était très attendu depuis que l'affaire a éclaté fin 2015, quand des plaintes ont enfin été déposées, éclaboussant la hiérarchie catholique à travers le cardinal Philippe Barbarin, condamné l'an dernier pour ses silences sur l'affaire. "Dieu merci nous y sommes", a ainsi déclaré la magistrate au début de son réquisitoire, durant lequel l'ex-prêtre est resté impassible, figé sur sa chaise et regardant droit devant lui, comme pendant toute l'audience.

"Ce n'est pas le procès d'une lâcheté collective ou d'une institution mais celui d'un homme qui avait mis en place sa propre structure pour répondre à ses pulsions car il avait besoin de disposer d'un vivier varié et toujours alimenté de petites victimes", a dit la magistrate, accusant le prévenu d'avoir d'avoir "brisé" les vies de scouts âgés de 7 à 15 ans au moment des faits.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi