Écosse: défections au SNP au profit du nouveau parti indépendantiste Alba

·2 min de lecture

Alba, le nouveau parti politique d’Alex Salmond voit ses rangs renforcés par d’anciens membres du SNP, le parti national écossais. Depuis la création du mouvement vendredi, deux députés SNP sont passés dans le camp de l’ancien homme fort de l’Écosse.

Il y a des turbulences dans les rangs indépendantistes, à moins de deux mois des élections en Écosse. Après Kenny MacAskill, en désaccord avec la stratégie électorale d'un parti où il a passé plus de 40 ans, Neale Hanvey, député depuis un peu plus d’un an, a décidé de rejoindre Alba.

Avec cette deuxième défection, le nouveau parti d’Alex Salmond compte désormais plus de représentants au Parlement britannique que le parti travailliste écossais qui n’a plus qu’un seul élu. Deux membres du comité exécutif national du SNP et une ancienne députée ont aussi rejoint les rangs d’Alba.

En lançant sa nouvelle formation, celui qui a présidé aux destinées du Parti national écossais pendant 20 ans, dit vouloir renforcer la majorité indépendantiste au Parlement sans faire directement ombrage au SNP.

Alba ne compte pas présenter de candidats dans les circonscriptions, ce qui lui évitera d’affronter frontalement des élus du SNP qui pourraient alors perdre au profit de partis unionistes.

Alex Salmond a été blanchi d’accusations d'agressions sexuelles en 2019. Mais l’affaire a déclenché une véritable lutte fratricide avec son ancienne protégée, Nicola Sturgeon. La Première ministre écossaise estime que ce retour en politique pose d’importantes questions avant les élections du 6 mai.

Elle espère que son parti sera en mesure de décrocher une confortable majorité au Parlement local. Celle-ci rendrait alors délicate la position de Boris Johnson, qui refuse toute nouvelle consultation sur l'indépendance de l'Écosse.

À lire aussi : En Écosse, le Brexit nourrit les velléités indépendantistes