Pour économiser de l’électricité, le Pakistan rétablit la semaine de cinq jours

Photo AAMIR QURESHI / AFP.

Les fonctionnaires pakistanais repassent à la semaine de cinq jours, contre six auparavant. Le gouvernement a en effet pris une série de mesures pour économiser de l’électricité sur fond de pénurie nationale, alerte Dawn. Les voyages à l’étranger des officiels pakistanais seront également drastiquement restreints dans le cadre de ces mesures d’austérité. En outre, “le Premier ministre a formé un comité pour évaluer les avantages et les inconvénients d’un passage au télétravail le vendredi”, précise le quotidien pakistanais. Marriyum Aurangzeb, la ministre de l’Information, citée par Dawn, a déclaré :

“La décision de rétablir le congé du samedi permettra d’économiser 386 millions de dollars par an.”

Le passage à la semaine de travail de six jours avait été décidé par le nouveau Premier ministre, Shehbaz Sharif, peu de temps après sa prise de fonctions, le 11 avril, souligne le quotidien anglophone. Le gouvernement travaillerait également avec les autorités locales pour réduire l’éclairage public, en n’allumant, par exemple, qu’un lampadaire sur deux.

“Le déficit d’électricité dans le pays a atteint 6 530 mégawatts avec une production totale d’électricité d’environ 20 170 mégawatts et une demande totale de 26 700 mégawatts : cela entraîne des pannes de courant prolongées dans tout le pays”, avertit The Nation. Des délestages pouvant aller jusqu’à quatorze heures sont en cours dans différentes régions du pays, alors que les températures peuvent facilement atteindre les 40 C° en cette saison. Même la ville d’Islamabad n’est pas épargnée et peut subir des délestages pouvant durer jusqu’à six heures, prévient le média pakistanais.

Une facture multipliée par deux

“Le Pakistan tire la majorité de son électricité de centrales électriques alimentées au gaz naturel importé, dont le prix a explosé au cours des derniers mois, alors que l’Europe peine à s’approvisionner en dehors de la Russie”, explique Quartz. Le Pakistan dépend presque entièrement des importations pour le pétrole brut. En conséquence, la facture énergétique du pays a doublé au cours des dix derniers mois.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles