Économie: la parité euro-dollar fait mal aux touristes européens à New York

Jamais vue depuis vingt ans, la parité euro-dollar pèse sur le budget des touristes européens en vacances aux États-Unis, comme ces touristes français à New York.

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

Devant le musée Guggenheim de Manhattan, les touristes français sont nombreux dimanche 17 juillet au matin. Certains s’attardent devant le stand de souvenirs, mais à six euros le magnet et 25 euros le poster, ils ne sont pas nombreux à sortir le portefeuille.

« On s’attendait à des prix quand même élevés, mais c’est vrai que là, tout paraît hors de prix !, déplore l'un d'eux. C’est un peu plus cher que ce qu’on avait prévu et pensé. »

Et même goûter aux incontournables spécialités new-yorkaises peut réserver des surprises bien coûteuses : les quatre hot dog sont vendus l'équivalent de quarante euros.

Réduire le programme et les dépenses

Avec un euro désormais égal au dollar, les touristes européens ont perdu depuis une semaine l’avantage de leur monnaie. Ceux qui avaient prévu leur séjour depuis longtemps ont dû réadapter le programme.

« On restreint beaucoup, explique une touriste. Au lieu de faire 4-5 musées, on n’en fait que deux. On réduit le nombre de jours de séjour, on réduit nos dépenses. »

Chacun développe sa stratégie : « c’est vrai qu’à six, on ne fait pas de resto, on fait de la street food. Mais on a pris des pass, on profite quand même des vacances et de la ville. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles