Économie : un nouveau confinement moins difficile à supporter que le précédent ?

En mars dernier, la France est mise à l'arrêt. Conséquence : le chômage explose (+24%), le PIB (produit intérieur brut) chute (-14%). Mais, à la sortie de l'été, l'économie française reprend des couleurs. Avec ce nouveau confinement, les chiffres vont à nouveau s'aggraver. Seront-ils, pour autant, aussi catastrophiques ? Pas si sûr. "Nous visons un ralentissement de l'activité moitié moindre qu'au printemps," a annoncé Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance. L'activité se poursuit dans certains secteurs Le schéma n'est en effet pas le même. Certains secteurs sont autorisés à exercer, comme le BTP, l'agriculture et l'industrie. Et les protocoles sanitaires permettent à chacun de s'adapter. Les enfants continuent d'aller à l'école, ce qui permet à leurs parents de travailler plus sereinement. En revanche, la restauration, le tourisme et le monde du spectacle vont quant à eux subir cette deuxième vague de plein fouet. En tout, l'État va débourser 15 milliards d'euros pour soutenir l'économie en cette fin d'année.