Ces écolos technophiles qui dénoncent le fatalisme de l'effondrement

Grégory Rozières
Les écomodernistes craignent le fatalisme des théories de l'effondrement

FUTUR - Les émissions de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi importantes et elles ne sont pas près de baisser ces prochaines années. La biodiversité est en danger avec un million d’espèces menacées d’extinction. Les canicules explosent et vont devenir plus chaudes et plus nombreuses.

Nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis, disent les théories de l’effondrement. Mais ce mur vers lequel nous nous dirigeons pourrait également créer le sursaut nécessaire à notre espèce pour inventer un nouveau paradigme, un nouvel idéal.

Tous les écologistes ne sont pas de cet avis. Les ”écomodernistes”, des intellectuels, défenseurs de l’environnement mais technophiles convaincus, sont plutôt persuadés que le fatalisme et le catastrophisme risquent justement de nous empêcher de relever le défi gigantesque que notre civilisation globalisée doit affronter.

La fin du monde est à la mode. La crise environnementale et l’incapacité de notre civilisation mondialisée à y répondre font craindre à de plus en plus de personnes un effondrement plus ou moins imminent de la société. Le mouvement a pris une telle ampleur qu’il a maintenant un nom: collapsologie.

Ses défenseurs sont-ils des Cassandre incompris ou de futurs gourous en puissance? Nos sociétés foncent-elles vraiment vers un mur? Comment pourrait-on empêcher la fin de ce monde? Bref, comment ne pas s’effondrer face à l’effondrement? C’est pour répondre à ces questions que Le HuffPost a choisi de consacrer un dossier spécial à l’effondrement. Un dossier complet sera publié le 2 décembre à l’occasion de la COP25. 

Optimisme environnemental

Le 25 novembre, l’auteur et militant écologiste Michael Shellenberger a ainsi publié une tribune dans Forbes intitulée “pourquoi les affirmations apocalyptiques sur le changement climatique sont fausses”. Il faut dire que ces affirmations sont de plus en plus courantes dans les médias, et ne proviennent plus uniquement de collapsologues. Greta Thunberg, la démocrate...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post