Écologie, social et humanisme: devant ses partisans, Mélenchon définit son "Union populaire"

·2 min de lecture

Dans un gymnase trouvé à la hâte pour tenir son meeting ce dimanche, le patron de La France Insoumise est revenu sur les contours de son "Union populaire".

Les conditions météorologiques ne lui ont pas permis de tenir son discours prévu en plein air ce dimanche après-midi à Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence ). Mais réfugié dans un gymnase à la dernière minute, Jean-Luc Mélenchon a finalement pris la parole devant ses partisans, pour dresser les grandes lignes de son "Union populaire" préférée à l'Union de la gauche

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Rupture avec le capitalisme, avec le "productivisme agricole", avec "la volonté de trier les gens sur la couleur de peau"...Voilà comment est définie l'Union populaire de Jean-Luc Mélenchon. Le candidat à la présidentielle de 2022 considère son camp comme celui du "social de rupture, de l'écologie de rupture" et même de "l'humanisme de rupture". 

Le ton est donné, et les formules résonnent déjà comme des slogans. Avec peu d'ambitions pour les élections régionales - à l'exception de la candidature de Clémentine Autain en Île-de-France - la France insoumise a 2022 en ligne de mire depuis plusieurs mois. Désormais, Jean-Luc Mélenchon semble tirer un trait définitif sur une candidature commune de la gauche, et vouloir dessiner clairement les contours de son programme.

Main tendue aux communistes

Mais le président de La France Insoumise ne semble pas vouloir faire complètement cavalier seul pour autant. Il affirmait jeudi dernier lors d'une conférence de presse représenter la seule formation de gauche à "porter le mouvement de la rupture avec les règles du jeu de ce monde, qui épuisent les êtres humains et la nature". Ce qui impliquait l'impossibilité d'un réel rapprochement avec les écologistes ou le PS. Mais ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon s'est dit ouvert à une alliance avec les communistes en vue de 2022:

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une "main tendue" et une "porte ouverte" après deux présidentielles où insoumis et communistes ont fait campagne ensemble. Si la rupture semble consommée entre Jean-Luc Mélenchon et la plupart des partis de gauche, il ne semble pas vouloir se mettre tout le monde à dos. 

Reste à savoir si ce choix sera suffisant pour convaincre dans les urnes. D'après un récent sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV, le candidat de la France insoumise ne recueillerait qu'entre 9 et 10% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon se retrouverait alors, comme en 2017, loin derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen, et le candidat de la droite.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles