«Toutes les écoles hors contrat ne défendent pas leur statut»

Libération.fr

Le professeur d’histoire de l’éducation Bruno Poucet revient sur la genèse et la diversité de ces établissements qui ne représentent que 0,5 % des élèves.

Bruno Poucet est professeur d’histoire de l’éducation à l’université de Picardie-Jules Verne.

Quel regard portez-vous sur le développement des écoles hors contrat ?

Il faut dégonfler la baudruche et remettre les choses à leur juste proportion. Les écoles hors contrat ne scolarisent aujourd’hui qu’un petit nombre d’élèves : en primaire et secondaire, ils sont 60 000 tout au plus, sur les 12,5 millions d’élèves scolarisés en France. Ce qui ne représente que 0,5 % des effectifs. Certes, il y a une progression réelle du nombre d’établissements au cours des dix dernières années, mais elle reste peu visible dans le paysage éducatif. D’autant que le hors-contrat est un tout très disparate. C’est une sorte de patchwork, ou pourrions-nous dire d’auberge espagnole, que l’on connaît assez mal. On trouve des établissements religieux, avec des aspirations très différentes. Ceux de la fraternité Saint-Pie X répondent à la demande de familles qui ont rompu avec l’Eglise catholique, dans la lignée de Mgr Lefebvre. On trouve aussi des établissements juifs orthodoxes, qui se sont développés après les attentats des années 80. Et une petite fraction d’écoles musulmanes, peu nombreuses. Certaines écoles utilisent - et revendiquent même - des méthodes très traditionnelles, tandis qu’à l’inverse, d’autres se créent justement en mettant en avant des pédagogies alternatives, type Steiner ou Montessori qui sont déjà anciennes. Toutes ne défendent pas leur statut de hors contrat, loin de là. Une partie d’entre elles espère à terme signer une convention d’association avec l’Etat.

Et les écoles Espérance Banlieues dont on entend beaucoup parler ces temps-ci ?

Les lobbys doivent être puissants car, en effet, les médias donnent beaucoup de visibilité à ces écoles, qui sont pourtant peu nombreuses [8 sur le territoire, ndlr]. Elles jouent sur les (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les écoles hors contrat votent Fillon
Education : ce que proposent aussi les candidats
Public-privé la guerre scolaire se prépare
fin de campagne sous la menace
Les meetings, entre illusion d’optique et effet miroir

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages