Dans les écoles d’ingénieurs, le succès des formations du nucléaire

Avec la crise énergétique et les annonces du gouvernement pour relancer le nucléaire , de plus en plus de jeunes sont convaincus de l’importance de cette filière. Depuis quelques années, les spécialités du nucléaire dans les écoles d’ingénieurs rencontrent un vif succès, en particulier cette année avec le lot de déclarations gouvernementales pour relancer la filière.

L’effet des annonces gouvernementales

"Depuis l’annonce du président de la République à Belfort en février 2022, je crois qu’il y a un effet certain de susciter des vocations pour certains jeunes élèves", se réjouit Noël Camarcat, professeur principal de la Chair Nouveau nucléaire France à l’école des Mines de Paris. Dans ce cursus, les élèves étudient les futures centrales EPR ou encore les petits réacteurs modulaires.

>> LIRE AUSSIÉnergie : la relance du parc nucléaire français, au point mort

En deux ans, le nombre d’étudiants dans cette classe a été multiplié par deux. Lilia fait partie des 18 élèves qui suivent la formation, convaincue que le nucléaire permet de lutter contre le réchauffement climatique. "Cela nous permettra de décarboner notre économie, d’électrifier la société. C’était essentiel pour moi de travailler dans un domaine qui a son rôle à jouer."

Répondre à la pénurie de main d'œuvre

Dans les quatre autres écoles d’ingénieurs qu’Europe 1 a contactées, les spécialités du nucléaire se remplissent aussi. CentraleSupélec, les Arts et Métiers, Grenoble INP - Phelma, et également Polytechniq...


Lire la suite sur Europe1