École : le culte des héros de nos responsables politiques

·1 min de lecture
La candidate Valérie Pécresse, à Colombey-les-Deux-Eglises, où repose le général de Gaulle, le 9 novembre dernier. 
La candidate Valérie Pécresse, à Colombey-les-Deux-Eglises, où repose le général de Gaulle, le 9 novembre dernier.

Ce serait sa « première décision », et elle serait « très symbolique ». « Déclarer, le 10 novembre, un ?jour des héros qui font la France?, dans toutes les écoles. » Le 8 novembre dernier, sur le plateau de LCI, Valérie Pécresse, candidate à l?investiture des Républicains pour l?élection présidentielle, revendiquait le fait de « donner à nos enfants des modèles » par l?entremise de nos gloires nationales.

Son dessein restait vague. Mais agiter le hochet symbolique de grandes figures, dont l?école devrait se (res)saisir, est une initiative coutumière des responsables politiques ? en campagne ou non. Il faut dire que le procédé offre, à peu de frais, l?opportunité de se faire à la fois héritier et continuateur de ces figures tout en créant l?adhésion autour d?un « récit national » et par extension de soi-même.

Le choix du personnage

Encore faut-il bien les choisir. « Se revendiquer d?un personnage de l?Histoire est de moins en moins évident », exprime à ce titre Isabelle Veyrat-Masson, directrice de recherche au CNRS et spécialiste de communication médiatique et de la mémoire collective ; « son premier critère étant sa modernité, autrement dit qu?il ?parle? encore aux Français ».

Or, « si, dans les années 1950 ? les enquêtes d?opinion le montrent ?, ces derniers n?ont aucun mal à citer des figures historiques qui les inspirent, comme Napoléon ou Jeanne d?Arc. À partir des années 1980, ils puisent plutôt dans l?actualité politique ou du côté des présidents améric [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles