Éco-anxiété : comprendre l'angoisse liée au changement climatique

60 % des jeunes de 16 à 25 ans de 10 pays différents seraient « extrêmement inquiets » vis-à-vis du changement climatique. Ce sont les résultats d’une équipe anglaise prépubliés dans la revue The Lancet. Une étude qui relance le sujet de la place de l’éco-anxiété dans notre société. Un terme récent, pour désigner un mal révélateur des changements de notre époque. Le docteur Alice Desbiolles, médecin en santé publique, épidémiologiste et auteure de L’éco-anxiété – Vivre sereinement dans un monde abimé revient avec Ça m’intéresse sur ce concept.

Alice Desbiolles : L’éco-anxiété est avant tout un état d’âme, une sensibilité au monde qui nous entoure, à notre environnement. Comme d’autres formes d’anxiété, elle se focalise sur un objet. Ici, ce sont des causes naturelles qui créent une angoisse chez l’individu. C’est la peur des conséquences que peuvent avoir les bouleversements environnementaux en cours et à venir. Ce sentiment découle d’un avenir qui apparaît comme compromis. Ce futur incertain devient de plus en plus tangible : on peut l’observer dans les médias, les publications scientifiques et les rapports du GIEC. Mais c’est aussi quelque chose qu’on peut expérimenter soi-même, avec des étés de plus en plus chauds, l’accroissement des incendies ou des inondations.

Alice Desbiolles : L’éco-anxiété se manifeste par tout un panel d’émotions : colère, tristesse, impuissance, inquiétude, frustration. Ce n’est pas une maladie mentale. Elle traduit plutôt un état d’esprit, un sentiment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

C’est quoi, le dérèglement climatique ?
Comment lutter contre le réchauffement climatique ?
Les plantations empêchent-elles le réchauffement climatique ?
Il y avait des écolos au Moyen Âge !
Café : les scientifiques veillent au grain