Échouer au Dry January est-il forcément synonyme d'un problème avec l'alcool ?

·1 min de lecture
© GEORGES GOBET / AFP

Un défi ludique pour certains, mission impossible pour d'autres. Comme chaque mois de janvier depuis désormais quelques années en France, nombreux sont ceux qui s'imposent un mois sans alcool après les excès des fêtes de fin d'années. Faire le Dry January présente en effet de nombreux avantages pour la santé, comme la perte de poids ou encore l'amélioration du sommeil. Mais pour certains, s'abstenir de boire pendant un mois est tout bonnement impossible. De là à affirmer que cela révèle chez ces personnes un problème d'addiction à l'alcool ? Pour le professeur Amine Benyamina, chef de service à l’hôpital Paul Brousse à Villejuif & président de la Fédération française d’addictologie, il y a surtout deux cas qui posent problème.

Deux cas de figure en question

Tout d'abord, "ceux qui boivent beaucoup, qui sont dépendants physiquement et psychologiquement". Ces derniers ont évidemment un problème avec leur consommation d'alcool car "ils perdent le contrôle", explique au micro de "Bienfait pour vous" le spécialiste. Boire beaucoup ne signifie donc pas nécessairement consommer tous les jours. Concrètement, une personne qui boit uniquement le week-end mais en excès est elle aussi susceptible d'avoir un problème d'addiction. 

Outre cette première catégorie de personne, Amine Benyamina met également en avant les consommateurs "qui ont chevillé au corps le rituel du petit verre, sans avoir de problèmes (visibles avec l'alcool)". Pour ces derniers également, échouer au Dry January doit...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles