«Elle a échoué» : cette autre raison qui a causé le limogeage de la préfète Marie Lajus d'Indre-et-Loire

© PASCAL PAVANI / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

C'est un phénomène rarissime dans le corps préfectoral. Depuis qu'elle a appris son départ du département d'Indre-et-Loire  le 7 décembre dernier, après une décision prise en Conseil des ministres, la préfète Marie Lajus crie à l'injustice, en mobilisant élus, amis, relais d'opinion et journalistes. La haute fonctionnaire a même fait signer une pétition pour s'indigner de son propre départ.

Selon ses défenseurs, elle aurait été évincée à la demande d’élus de la majorité, furieux de l’opposition de la préfète au projet d’implantation d’un incubateur de start-up, dans une zone inconstructible et protégée, dans le parc du château Louise-de-la-Vallière, à Reugny, près de Tours.

"Sectarisme politique"

Mais au ministère de l'Intérieur, la version est tout autre. Selon plusieurs sources, les raisons du départ de Marie Lajus sont en réalité liées à sa "compétence" : "Elle a échoué dans son département", explique ce grand préfet contacté par Europe 1.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Plusieurs hauts fonctionnaires pointent également du doigt son "sectarisme politique". "Elle aime beaucoup les écolos, particulièrement Emmanuel Denis, le maire de Tours, et la gauche", déplore un de ses homologues. "Et elle ne traite jamais ni la majorité ni les Républicains." Plusieurs élus qu'Europe 1 a contactés parlent même d'une rupture d'égalité de traitement : "Elle montre ses préférences", explique un député.

Absence de condamnation après l'agression de pompiers

Un autre ...


Lire la suite sur Europe1