Échauffourées à Marseille pour la venue de Marine Le Pen

Vincent Gibert

MARSEILLE - Quatre personnes ont été interpellées lors d'une marche contre le meeting de Marine Le Pen ce mercredi 19 avril à Marseille, une manifestation qui a rassemblé plus de 500 personnes et a été émaillée par quelques échauffourées entre police et manifestants.

En tête du cortège qui remontait en direction du Dôme où se tenait le meeting, des jeunes au visage masqué, cagoulé voire casqué ont brandi des fumigènes et lancé des projectiles et des pétards en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène.

Quatre personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles sur les forces de l'ordre, selon la police.

La manifestation a rassemblé entre 500 et 600 personnes selon la préfecture de police, qui n'a signalé aucun incident majeur. Le rassemblement a commencé dans le calme à 18h et a été dispersé vers 20h, mais une poignée d'individus a ensuite tenté de gagner le Dôme par des rues parallèles.

Riot police move forward in formation during a protest against the far-right Front National (FN) in Marseille on April 19, 2017 in a reszponse to the campaign meeting in the city of the French presidential election candidate for the far-right Front National (FN) party Marine Le Pen. / AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS
Demonstartors march behind a banner which translates as "The Extreme Right, you can't fight at the ballot box" as they stage a protest against the far-right Front National (FN) in Marseille on April 19, 2017 in a reszponse to the campaign meeting in the city of the French presidential election candidate for the far-right Front National (FN) party Marine Le Pen. / AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS

6500 personnes attendues au meeting

"Marine Le Pen vient à Marseille, dans une ville de forte immigration, c'est de la provocation!", s'est insurgée Marie, 62 ans, retraitée de l'éducation nationale. "Je manifeste tant qu'on a encore le droit parce que quand l'extrême droite sera au pouvoir ce sera fini. La rue peut faire pencher la balance".

Rassemblés sous les bannières de Solidaires, Sud, la Jeunesse communiste, l'Unef et la CNT, les manifestants, majoritairement jeunes, s'étaient rassemblés en haut de la Canebière et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages