Un éboulement de rochers après les intempéries fait au moins deux blessés

Le HuffPost avec AFP
Un éboulement de rochers de la Falaise des Pénitents des Mées (ici en photo avant les intempéries) fait au moins deux blessés

INTEMPÉRIES - Des rochers se sont éboulés ce lundi 2 décembre sur des maisons dans le village des Mées dans les Alpes-de-Haute-Provence, après les intempéries de la veille, faisant au moins deux blessés, a annoncé la préfecture du département.

Deux personnes blessées ont été “prises en charge”, selon la préfecture. Il s’agit d’une femme, qui circulait dans la rue quand les rochers sont tombés, et d’un homme, secouru après avoir été pris au piège dans sa maison, a-t-on appris de source proche des secours.

“Les recherches se poursuivent concernant d’autres victimes”, ajoute la préfecture, qui met en avant “les conditions météorologiques très défavorables de ces derniers jours (qui ont rendu) une partie du terrain instable”.

“Importante rupture de gaz”

L’éboulement est survenu vers 16 heures 15 et a détruit trois maisons, selon la préfecture, qui a ajouté que deux autres “sont susceptibles d’avoir été endommagées”.

“Une importante rupture de gaz et d’électricité a été provoquée par l’éboulement”, précise encore la préfecture qui évoque une cinquantaine de sapeurs-pompiers mobilisés avec des maîtres-chien. “Les opérations de secours sont menées en concertation avec les services de RTM (restauration des terrains en montagne) ainsi que les équipes de GRDF et d’Enedis”, ajoute-t-on encore de même source. 

C’est un des “Pénitents” de la commune, un de ces grands rochers de 3000 m3 environ qui surplombent le village et ressemblent à une procession de moines en rangs serrés, qui s’est effondré, selon la préfecture. D’après la légende, ils représentent les moines de la montagne de Lure qui ont été pétrifiés au temps des invasions sarrasines pour s’être épris de jeunes femmes mauresques qu’un seigneur avait ramenées d’une croisade. Le village des Mées, qui compte, environ 3700 habitants, leur doit sa notoriété.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post