"Ça se voyait qu'il était bouleversé": l'auteur des photos d'Alec Baldwin se confie sur BFMTV

·2 min de lecture

Ses images ont fait le tour du monde. A la suite du drame survenu sur le tournage du western "Rust", où une directrice de la photographie a été tuée par un tir d'Alec Baldwin, les clichés de l'acteur, au téléphone et visiblement très touché, ont été massivement diffusés. Une scène capturée par Jim Weber, photographe du Santa Fe New Mexican. Interrogé par BFMTV ce samedi, il raconte comment il a pu prendre ses photos:

"Nous avons reçu des renseignements anonymes disant que Baldwin allait être entendu par la police", explique le photographe. "Il y avait un parking vide, devant le bureau du shérif, au début je ne pensais pas qu'on le verrait. J'ai fait le tour du bâtiment avec une reporter pour voir s'il y avait plusieurs sorties, et c'est là qu'on l'a vu sortir."

"Ça se voyait qu'il était bouleversé"

Jim Weber explique sur notre antenne avoir été par la suite incité à reculer par la personne qui accompagnait Alec Baldwin. Et il affirme que l'acteur avait l'air "particulièrement affecté":

"Il marchait vers un champ, comme pour être seul, la tête baissée. C'était triste, émouvant, ça se voyait qu'il était bouleversé" détaille le journaliste.

Le photographe affirme avoir eu du mal au début à reconnaître l'acteur, en raison notamment de la barbe qu'il s'était laissé pousser pour les besoins du tournage. Une fois certain que c'était bien lui, il a commencé à prendre quelques photos, avant que l'acteur ne parte en voiture.

Interrogé sur l'impression qu'il a eu en capturant le visage d'Alec Baldwin, l'employé du Santa Fe New Mexican assure: "Je pense qu'il est sincère et se sent très mal, ça doit être horrible d'être impliqué dans un accident de la sorte."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles