"Ça veut dire débrouillez-vous" : cette patate chaude qu'Emmanuel Macron refile

·1 min de lecture

La question de la proportionnelle aux législatives 2022 n’apparaîtrait plus comme une priorité aux yeux d’Emmanuel Macron. C’est en tout cas ce que le président de la République aurait laissé paraître devant une quinzaine de parlementaires de la majorité, réunie en visioconférence ce vendredi 19 février, d’après nos confrères du Parisien. “Dans l'agenda qui est le nôtre, ce n'est pas à moi de prendre la décision. C'est aux parlementaires de se saisir de la question et d'en parler entre eux”, aurait-il ainsi balayé, en réponse à la députée centriste Isabelle Florennes. Une déclaration qu’un participant a simplement résumée : “En gros, ça veut dire débrouillez-vous.”

Emmanuel Macron, toutefois, n’en serait pas moins préoccupé. Pendant la campagne présidentielle, le candidat s’était engagé à “instiller une dose de proportionnelle” à l'Assemblée nationale, comme l’avait rappelé L'Express. Ce, avant la fin de l'année 2017. Plus de trois ans plus tard, le locataire de l’Élysée a rappelé que sa “promesse initiale, c’était un tout”. À savoir, “la proportionnelle, la réduction du nombre de parlementaires et plus de moyens pour les élus”, a rapporté le Parisien. Le projet, en tout cas, serait porté par le MoDem, qui n’hésiterait pas à faire monter la pression. Le patron du groupe à l’Assemblée, Patrick Mignola, a déposé deux propositions de loi sur le sujet, au début du mois de février. L’une prévoit une dose de proportionnelle dans les neuf départements les plus urbains. D’après le journal, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Olivier Duhamel accusé d’inceste : cette nouvelle enquête qui vise le politologue
Emmanuel Macron agacé : "Ce n'est pas moi qui crée le duel avec Marine Le Pen"
Emmanuel Macron : son coup de pouce à Jean-François Delfraissy
"Vous avez des pensées de suicide" : Sonia Rolland a vécu l'enfer en Martinique
"Il y a un truc que n'aime pas Macron..." : les confidences d'un ministre