«Ça va, ça va le monde !», l’édition 2020 des lectures de RFI

Sans les trompettes d’Avignon, mais avec la ferveur d’une aventure radiophonique sans cesse réinventée, RFI convie ses millions d’auditeurs à passer un été au théâtre. La 8e édition de « Ça va, ça va le monde ! » commence ce lundi 13 juillet sur la page Facebook de RFI.

D’année en année, depuis 2013, le cycle de lectures de RFI était devenu une habitude, pour nous, pour les spectateurs du Festival d’Avignon et pour les auditeurs de la radio mondiale. En sept ans, 42 textes d’auteurs ont été lus en public avant diffusion. Des textes d’auteurs confirmés (Dieudonné Niangouna, Aziz Chouaki, Leonora Miano, Sony Labou Tansi, Alexandra Badea …) ou des découvertes pour qui Avignon était une première. Ce fut souvent le cas des lauréat.e.s du Prix RFI Théâtre, et ce devait être le cas encore avec Valérie Cachard dont le texte primé est plein des déchirements et de la nostalgie de l’histoire de Beyrouth. Et patatras ! Un virus invisible rend impossible cette visibilité, annulant la 74e édition du Festival et cette programmation de Ça va, ça va le monde !

Nous n’irons pas à Avignon. Les auditeurs seront privés des cigales et de la volée de cloches de midi que l’on entend dans le Jardin de la rue de Mons, mais ils entendront quand même le programme prévu. Marie-Christine Saragosse, PDG de France Media Monde, a souhaité que ce projet conçu pour les auditeurs soit encore, et plus que jamais, un rendez-vous d’antenne et un tremplin pour des auteurs et autrices émergent.e.s.

D’un jardin à un parc, nous avons donc relocalisé ces lectures aux portes de Paris dans le cadre magnifique et bucolique de la Cartoucherie de Vincennes, épicentre de la création théâtrale où cohabitent cinq maisons, dont le théâtre de la Tempête qui nous accueille en plein air.

Six nouvelles pièces, dont celles de jeunes autrices

Tout cela s’est décidé un peu dans l’urgence, dans les dernières semaines, alors même que la réouverture des théâtres n’était pas actée. Deux metteurs en scène, Catherine Boskowitz et François Rancillac, se sont emparés des textes. Les distributions ont été modifiées. La programmation, imaginée avec l’ensemble des festivals du continent africain, mais aussi Des francophonies. De l’écriture à la scène et du Centre National des écritures du spectacle de la Chartreuse, a été légèrement ajustée. Mais aujourd’hui, tout est prêt.

La collection de Ça va, ça va le monde !, à entendre sur les antennes et sur rfi.fr, va s’enrichir de six nouvelles pièces, dont celles de jeunes autrices qui font souffler un vent nouveau sur la dramaturgie francophone : Dans Les Filles, Salimata Togora dresse le portrait de cinq femmes aux prises avec l’amour et le sexe. Avec Entre deux souffles, Pierrette Mondako raconte comme la guerre civile de 1997 à Brazzaville resurgit dans une histoire d’amour d’aujourd’hui. Enfin, Valérie Cachard, lauréate du Prix RFI Théâtre 2019 avec Victoria K, Delphine Seyrig et moi ou la petite chaise jaune, ressuscite la mémoire d’une anonyme rencontrée dans les décombres d’une maison de Beyrouth.

Au programme aussi Traces, Discours aux Nations africaines, écrit par Felwine Sarr pour l’inauguration en 2018 du Musée des Civilisations noires de Dakar. Zone franc(h)e, le nouveau texte d’Édouard Elvis Bvouma, conte l’histoire fabuleuse et farcesque d’un clandestin arrivé en France, caché dans un tronc d’arbre, ou encore Démocratie chez les grenouilles, de Jérôme Tossavi.

Une diffusion vidéo des lectures est proposée en avant-première sur la page Facebook de RFI du 13 au 18 juillet à 11h, soit aux jours et heures initialement prévues dans le cadre de la programmation du Festival. Ces vidéos seront aussi visibles sur le site numérique du Festival « Un rêve d’Avignon » ainsi que sur la chaîne YouTube de RFI.

Les pièces sont ensuite diffusées sur les ondes de RFI tous les samedis du 25 juillet au 29 août à 17h10, faisant ainsi de la radio le plus grand théâtre du monde.

Ces textes sont enregistrés au Théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes, avec le soutien de la SACD dans le cadre de son action culturelle. Ce nouveau cycle de lectures d’œuvres d’auteurs francophones est conçu et coordonné par Pascal Paradou et dirigé par les metteurs en scène Catherine Boskowitz et François Rancillac*.

AU PROGRAMME

Victoria K, Delphine Seyrig et moi et la petite chaise jaune de Valérie Cachard (Liban).

Texte lauréat du Prix RFI Théâtre 2019, organisé en partenariat avec l’Institut Français, la SACD, Les Francophonies - Des écritures à la scène, le Théâtre Ouvert et le CDN de Normandie-Rouen.

À travers des carnets, lettres, photographies et effets personnels découverts dans une maison abandonnée de Beyrouth, la narratrice-autrice reconstitue la vie de Victoria K qu’elle n’a jamais connue. C’est « l’histoire d’une femme ou de deux, d’une ville ou de deux, l’histoire d’une ville qui fut un jour coupée en deux ».

Avec : Anne-Lise Heimburger et Astrid Bahiya. Musique : Benoist Esté. Mise en voix : Catherine Boskowitz

Diffusion vidéo sur Facebook : lundi 13 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 25 juillet à 17h10.

Traces, discours aux Nations africaines de Felwine Sarr (Sénégal).

Un texte pour « pousser l’humanité plus loin, repousser l’horizon de la lumière, désensabler les eaux vives », créé lors de l’inauguration du Musée des Civilisations noires de Dakar.

Avec : Etienne Minoungou. Musique : Simon Winsé. Mise en jeu : Aristide Tarnagda.

Diffusion vidéo sur Facebook : mardi 14 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 1er août à 17h10.

Zone franc(h)e d’Edouard Elvis Bvouma (Cameroun).

Sur proposition du Festival L’univers des mots de Conakry.

Un clandestinosuspect déclare sa flamme pour la France à une avocate qu’il surnomme Marie France. Tentative de séduction ou vile stratégie pour échapper à l’inspecteur de la brigade des refoulements ?

Avec : Ibrahima Bah, Fatima Soualhia-Manet et Claude Guyonnet. Mise en voix : François Rancillac

Diffusion vidéo sur Facebook : mercredi 15 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 8 août à 17h10.

Entre deux souffles, le silence de Pierrette Mondako (République du Congo).

Sur proposition du Festival Mantsina sur scène de Brazzaville

Après une rencontre catastrophique entre son fiancé et son frère, Gina ne devra plus qu’affronter un mur ! Personne ne lui dit…ce qui s’est passé ! Son passé…leur passé…

Avec : Mexianu Medenou et Amélia Ewu. Musique : Seb. Mise en voix : François Rancillac.

Diffusion vidéo sur Facebook : jeudi 16 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 15 août à 17h10.

Démocratie chez les grenouilles de Jérôme Tossavi (Bénin).

Sur une proposition des Didascalies de la scène de Cotonou.

Un quartier veut faire taire les grenouilles mais du fond de leur mare, elles se révoltent. Une fable où l’humanité se bat aussi contre les cyclones et un mystérieux virus.

Avec : Marcel Mankita, Ydire Saïdi, Estelle Lesage, Frederic Fachéna, Thissa d’Avila Bensalah. Musique : Benoist Esté. Mise en voix : Catherine Boskowitz.

Diffusion vidéo sur Facebook : vendredi 17 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 22 août à 17h10.

Les filles de Salimata Togora (Mali)

Sur proposition du Festival Les Récréâtrales de Ouagadougou.

Cinq filles en dialogue. Elles parlent de tout, en toute liberté. De sexe, du grand amour, de mode et d’amitié. Un « Sex in the city » à l’africaine.

Avec : Andréa El Azan, Emmanuelle Grangé, Christine Guênon, Stéphanie Schwartzbrod et Lymia Vitte. Mise en voix : François Rancillac.

Diffusion vidéo sur Facebook : samedi 18 juillet à 11h.

Diffusion sur RFI : samedi 29 août à 17h10.

* A l’exception du texte de Felwine Sarr Traces, un spectacle déjà créé pour l’inauguration du Musée des Civilisations Noires de Dakar.

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.