"Ça turbule sévère" : Emmanuel Macron sous pression

·1 min de lecture

"Ça turbule sévère, et ça va continuer probablement tout le week-end !" Avec ces mots prononcés par un conseiller de l'exécutif et adressés à nos confrères du Parisien, on peut comprendre qu'Emmanuel Macron est pleinement concentré sur ce que les prochains jours réserveront aux Français. Confinée depuis près d'un mois, la population se languit de pouvoir faire les achats de Noël ou tout simplement de pouvoir sortir dehors sans attestation. Le président de la République a conscience des enjeux, entend les doléances de ses ministres mais n'oublie pas que si tout le monde en est là, c'est à cause de la crise sanitaire.

Pourtant, le mari de Brigitte Macron semble envisager une réouverture des commerces non-essentiels "dès le week-end du 28-29 novembre", et pour cause, comme le précise Le Parisien, il est "considéré comme l'un des plus importants en termes de chiffre d'affaires annuel." Cependant, pas de précipitation, dans le but d'éviter une troisième vague à cause d'un déconfinement total. "On espère tous un deal gagnant-gagnant qui arrive à concilier économie et santé", a indiqué à nos confrères le député Roland Lescure, également président de la commission des Affaires économiques à l'Assemblée Nationale. Pour découvrir les décisions du Chef de l'Etat, rendez-vous est pris ce mardi 24 novembre, à 20h.

Le ministre de la Santé veut à tout prix éviter que les magasins ne ré-ouvrent trop tôt. Olivier Véran est tellement prudent qu'il agace certains de ses collègues. En effet, d'après (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Plus de son, plus d'image" : François Bayrou "cadenassé" par Emmanuel Macron ?
VIDEO - "Personne ne veut savoir ce que fait Aurélien Taché sous la couette" : ses propos sur la polygamie créent un tollé
« Ça va très, très mal » : la femme de Jean-Jacques Bourdin grinçante sur les audiences de RMC
Emmanuel Macron, "le fils caché de Nicolas Sarkozy" : cette phrase ironique
Emmanuel Macron : cette punchline musclée de l’un de ses visiteurs contre Édouard Philippe