"Ça tire 24 heures sur 24": un soldat ukrainien blessé sur le front du Donbass témoigne de son quotidien

La jambe d'un soldat ukrainien touché par un éclat d'obus sur le front du Donbass  - BFMTV
La jambe d'un soldat ukrainien touché par un éclat d'obus sur le front du Donbass - BFMTV

Témoignages de la ligne de front. Alors que l'invasion russe en Ukraine a commencé depuis près de quatre mois, le 24 février dernier, les combats n'ont jamais été aussi intenses et dangereux dans la région du Donbass, objectif désormais prioritaire pour Moscou, et qui offre une résistance héroïque aux soldats du Kremlin.

Depuis plusieurs semaines, les forces russes se concentrent sur cette zone. Et après avoir pris le contrôle de Marioupol, Moscou vise désormais la ville de Severodonetsk. Plus de la moitié de la zone est maîtrisée par la Russie, mais les militaires ukrainiens ne comptent pas se rendre facilement.

"Dur de décrire ce que je ressens"

Une situation explosive, dont la conséquence est la multiplication de blessés côté ukrainien. Parmi eux, Rostyslav, qui a combattu aux côtés des troupes d'élite ukrainiennes. Son rôle était de les protéger, mais il a été touché par un éclat d'obus.

"J’ai un bout de métal dans la cuisse. C’est un obus, tiré par un mortier, qui m’a fait ça. J’aimerais m’en débarrasser, mais ce n’est pas possible pour le moment. Avant la guerre, je n’aurais jamais imaginé ça, que la Russie aille si loin dans son attaque, qu’un éclat d’obus soit là, dans ma chair. C’est très dur de décrire ce que je ressens", dit-il devant notre caméra à Kiev, où il a été rapatrié pour être soigné.

Au cours de ces combats acharnés, de nombreux frères d'armes sont tombés devant lui. Rostyslav dépeint alors la situation cauchemardesque du Donbass actuellement.

"Il n’y a pas un seul jour qui passe sans bombardements, pas une seule heure sans tirs d’artillerie. Ça tire 24 heures sur 24", avance-t-il.

"J'y retournerai"

Des blessures, physiques et morales, qui n'empêchent pas le soldat de vouloir de nouveau repartir sur le front du Donbass. Selon lui, il est important d'endiguer l'invasion russe car si la région tombe entre les mains de Moscou, alors toute l'Ukraine pourrait ensuite être envahie.

"Oui j’y retournerai, lors de la prochaine rotation j’espère pouvoir m’y rendre de nouveau. J’espère que dans les prochaines semaines je serai remis, mais ça dépend de ce fichu éclat d’obus", assure encore Rostyslav.

A Severodonetsk, ville où se concentrent les combats, une partie des civils se trouve désormais dans l'usine Azot, une situation qui rappelle la résistance à Marioupol. Un couloir humanitaire a d'ailleurs été annoncé par Moscou ce mardi pour évacuer une partie des habitants. Selon les forces pro-russes, il resterait environ 2500 soldats ukrainiens retranchés sur place.

Mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit sa "gratitude" à l'égard des Américains pour la nouvelle tranche d'aide militaire que son homologue américain Joe Biden lui avait annoncé plus tôt dans la soirée au téléphone. Une aide qui pourrait se montrer décisive dans l'évolution de la situation du Donbass.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles