"Ça suffit la chasse aux maires écologistes": Batho réagit à la polémique sur la maire de Poitiers

Clarisse Martin
·2 min de lecture
Delphine Batho, invitée de BFMTV-RMC lundi 5 avril 2021. - BFMTV
Delphine Batho, invitée de BFMTV-RMC lundi 5 avril 2021. - BFMTV

Nouvelle passe d'armes entre la majorité et une mairie dirigée par des écologistes. Après une polémique à Strasbourg, c'est la ville de Poitiers (Vienne), qui au cours du week-end écoulé a suscité une controverse.

Le 29 mars, le conseil municipal de la ville, dirigé par la maire EELV Léonore Moncond'huy, a décidé de la baisse de subventions à deux aéroclubs de la ville. L'édile a déclaré "assumer" le fait que "l'argent public ne doit plus financer les sports fondés sur la consommation de ressources épuisables". "L'aérien, c'est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui", avait-elle également déclaré, s'attirant une volée de bois vert.

"De quoi rêve la jeunesse aujourd'hui?"

"Ça suffit la chasse aux maires écologistes avec au plus haut sommet de l'État cette volonté chaque week-end de chercher des noises pour un oui, pour un non. Là, on parle d'une subvention de 4000 euros à un aéroclub qui a 337.000 euros de budget et 140.000 euros de réserve, dans le cadre d'une délibération de la mairie de Poitiers pour aider plus les associations qui sont en difficulté, et cette délibération a été votée par l'opposition", a réagi ce lundi matin la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho, invitée de BFMTV-RMC.

Pour l'ancienne ministre de l'Écologie de François Hollande, présidente de Génération Écologie, "certains réagissent en meute, de façon totalement délirante". Concernant les propos de Léonore Moncond'huy sur les rêves d'enfants, Delphine Batho estime que ces derniers ne sont déjà plus libres, en raison de "la société de consommation, de la publicité (qui) cherchent à influencer les imaginaires tous les jours".

"De quoi rêve la jeunesse aujourd'hui? Elle rêve d'un monde où il y a encore des éléphants, elle rêve d'un monde dans lequel il y a encore de la forêt amazonienne donc mettons les choses à leur place", tranche Delphine Batho.

Argent public et énergies fossiles, une question "légitime"

Sur le fond de la décision de la mairie de Poitiers, Delphine Batho juge qu'il est nécessaire de "sortir des énergies fossiles", mais que des pratiques sportives qui y ont recours doivent pouvoir se poursuivre, tout en jugeant "légitime" la question de "l'argent public" dans ces pratiques-là, dans un budget municipal qui n'est "pas illimité".

"Ce n'est pas quelque chose qui mérite un débat national tout un week-end, sur une subvention de 4000 euros de la mairie de Poitiers", critique la députée.

Dimanche, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire avait jugé les propos de la maire de Poitiers "totalement stupides", estimant qu'il s'agissait d'une "folie (...) non seulement révoltante mais dangereuse". Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari, pilote de ligne de formation, avait jugé qu'il s'agissait d'"élucubrations autoritaires et moribondes".

Article original publié sur BFMTV.com