"Ça permet à plein d'intérimaires d'avoir un emploi": face à l'appel au boycott d'Amazon, des salariés défendent l'entreprise

franceinfo
·1 min de lecture

Sur l'immense parking faisant face à l'entrepôt Amazon de Saran (Loiret), des centaines de voitures sont garées et des cars d'où s'échappent des dizaines et des dizaines de travailleurs. Sur ce site proche d'Orléans, le géant de la vente en ligne emploie 2 000 personnes, le double à l'approche des fêtes de fin d'année.

Et c'est cet enjeu économique, en pleine crise du Covid-19, que rappellent tous les salariés comme Amandine Cruvéyé, préparatrice de commandes, alors qu'une pétition en ligne ( #NoëlSansAmazon) appelle au boycott du site : "Ça permet à plein d'intérimaires d'avoir un emploi, ce qui n'est pas facile à l'heure actuelle. Ça débouche parfois sur des CDI. Pourquoi nous supprimer ça si ça peut générer des emplois ?"

"Que de la critique et la critique est fausse"

L'appel au boycott n'est pas passé inaperçu chez les salariés et au fond, certains comprennent comme Océane Beauvallet, cheffe d'équipe."Je comprends les petits commerçants en cette période compliquée. Après, je suis aussi pour Amazon. Je commande dessus. Je suis mitigée sur ce boycott." Pour elle, la solution idéale aurait été d'interdire à Amazon de vendre des produits non essentiels : "Ça mettrait tout le monde sur un pied d'égalité. Après, malheureusement, c'est une logistique très pointue qu'il faudrait mettre en place. Beaucoup, beaucoup de travail et il faudrait beaucoup, beaucoup de temps (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi