«Ça n’arrête pas, cette inflation !»: en Turquie, le prix du carburant explose

Parmi toutes les catégories de produits, ce sont les transports dont le prix a le plus augmenté, avec une hausse annuelle des prix de 119%. Cette hausse est d’abord due à celle des prix des carburants, elle-même liée à la hausse des prix de l’énergie sur les marchés mondiaux et à la chute de la monnaie turque. Incapable de payer leur plein d’essence comme autrefois, de plus en plus de Turcs délaissent leur voiture.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Dans une station-service du centre d’Istanbul, Bülent, un chauffeur de taxi, remplit son réservoir d’un air exaspéré. Depuis un an et demi, le prix de l’essence a triplé : « Ça n’arrête pas, cette inflation ! Avant, le prix augmentait déjà toutes les semaines… Maintenant, c’est toutes les 24 heures ! ». En Turquie, l’inflation bat des records historiques, atteignant 80% sur un an en juillet, selon les statistiques officielles publiées ce mercredi.

Comme d’autres dans sa situation, Bülent n’a pas le choix, il faut bien que le taxi roule. Alors les économies, il tente de les faire ailleurs, sur son véhicule personnel. « Ma voiture est toujours dans le rouge. Quand je vais à la station-service, je ne mets plus que quelques litres d’essence à la fois. J’essaye de rouler moins car je n’ai plus les moyens ! Le carburant est devenu un luxe », témoigne-t-il.

Preuve de ce phénomène, à Istanbul, le nombre mensuel de voyageurs dans les transports municipaux a bondi de 67% en un an.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles