«Ça fait un peu mal !» : après la ristourne, le retour douloureux aux stations pour les automobilistes

© Alain JOCARD / AFP

Le retour à la pompe à essence est douloureux. Depuis mercredi, la ristourne de l'État  est réduite à 10 centimes par litre. Le tarif est le même dans les stations TotalEnergie. Une première étape avant la disparition totale de ces réductions au 31 décembre. Ainsi, avec un plein de 60 litres, les automobilistes paieront 12 euros de plus. Une somme considérable pour certains automobilistes.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"La voiture, c'est une obligation"

En Ariège, département rural, la voiture n'est pas une option. "Ça fait un peu mal !", explique Christopher au micro d'Europe 1. Le plein est à près de 8 euros plus cher que la veille pour cet automobiliste. Mais Christophe n'a pas le choix : "La voiture, c'est une obligation, c'est indispensable. J'ai fait mes études à Toulouse et je me déplaçais en transports en commun, ici ce n'est pas possible".

>> LIRE AUSSI - Écologie : pourquoi la fin de la ristourne carburant est-elle une bonne nouvelle ?

Le département n'a pas de métro et il est doté de seulement quelques bus. Solène aussi regrette cette augmentation. Elle ne voit pas comment faire sans voiture. "Je travaille à l'usine. Ils disent qu'on n'a pas besoin des voitures mais c'est toujours utile. En vélo, ça fait un peu loin ! Là, je vais monter au Pas", détaille-t-elle. Le "Pas" fait référence au Pas de la Cas en Andorre, à une heure de la région, où le carburant est beaucoup moins cher.

Le choix de l'éthanol

Didier, lui, fait le cho...


Lire la suite sur Europe1