"Ça m'a donné des frissons" : Jean-Pierre Pernaut encore marqué par un témoignage dans son JT

·1 min de lecture

Le vendredi 18 décembre 2020, Jean-Pierre Pernaut a présenté son dernier journal du 13 Heures de TF1 après plus 30 ans de présence quotidienne à la télévision. Pendant ces années, le journaliste n'a cessé de faire le plein de téléspectateurs avec son journal au cœur de leurs préoccupations, au plus près des territoires. Cette relation de proximité avec les Français a fait naître en lui de nombreux souvenirs qu'il n'est pas prêt d'oublier. Invité ce mardi 16 février de l'émission "Ça fait du bien", sur Europe 1, il est revenu sur les événements les plus marquants de sa longue carrière à la tête du JT, dont notamment le témoignage d'un vieux paysan auvergnat prénommé "Monsieur Boudon".

Jean-Pierre Pernaut, remplacé à la présentation du 13 Heures de TF1 par Marie-Sophie Lacarrau, n'a jamais oublié les images de ce paysan avec "ses bœufs [qui] tiraient la charrue" qui en se retournant vers la caméra a prononcé cette phrase qui a marqué l'esprit du journaliste : "Tout homme qui ne se retourne pas sur ses racines est un homme perdu." "C'est un grand moment, parce que c'est un monsieur tout simple qui parle de ses racines. Ça m'a donné des frissons, et j'en ai toujours quand je parle, quand je regarde les images", a conclu Jean-Pierre Pernaut, interrogé par Europe 1. Toujours au niveau des régions, il se souvient également d'un journal en direct "avec des gitans, à Saintes-Maries-de-la-Mer, qui se sont mis à danser, à chanter". "J'ai été embarqué dans leur culture, leur famille. C'était (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Elizabeth II prévenue de l'interview de Meghan Markle et Harry par... Twitter !
"Il a perdu l'empathie" : Olivier Véran et ses "coups de menton" déçoivent
Olivier Véran et le "tétongate" : cette petite explication qu'il a dû avoir avec sa famille
« Une trahison pour un poste » : Jean-Yves Le Drian sévèrement critiqué dans son fief
VIDEO - Nicoletta a vécu une expérience de mort imminente : "Pendant des années, je n'en ai pas parlé"