"Ça nous dérange profondément" : une députée LREM fustige l'usage du pronom iel

·1 min de lecture

Le pronom neutre iel a fait son entrée dans le lexique du Petit Robert. Utilisé par les partisans de l'écriture inclusive, il permet de désigner une personne qui se définit comme non-binaire. La décision du Petit Robert a suscité l'indignation du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. "L'écriture inclusive n'est pas le futur de la langue française", a tweeté le ministre. La députée LREM de Paris Anne-Christine Lang était l'invitée d'Europe Midi ce mercredi. Elle aussi est contre l'usage de ce pronom.

>> LIRE AUSSI -Le pronom neutre iel entre dans le Petit Robert... et il ne fait pas l'unanimité

Un acte "d'effacement"

"Je ne suis pas opposée à l'évolution de la langue, mais évoquer une personne par un pronom neutre, c'est effacer le genre au nom de la lutte contre les discriminations", a expliqué la députée, pour qui l'intégration du pronom iel relève d'un projet idéologique plus général qui "procède d'une théorie générale de l'effacement : celui du genre, de l'histoire, d'un certain nombre de figures historiques soi-disant controversées".

"Ça nous dérange profondément. Sous un prétexte d'inclusion, on est dans une politique d'exclusion qui exclut la moitié des Français qui ne savent même pas de quoi l'on parle et surtout les enfants qui sont en train d'apprendre à lire et pour qui on accroît les difficultés", a-t-elle ajouté. Anne-Christine Lang rejoint donc le député LREM de l'Indre François Jolivet, qui a dénoncé dans un tweet un acte militant en fa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles