Ça dépend, ça dépasse : on a classé les films Splendid du meilleur au moins bon

·1 min de lecture

Pour les Césars, dont la 46ème édition a lieu ce vendredi 12 mars, la troupe du Splendid recevra un prix spécial d'anniversaire. L'occasion, pour la rédaction de "Marianne", de faire un petit classement de la filmographie de la bande.

Presque quarante ans après la sortie du Père Noël est une ordure, les César récompenseront avec un "prix anniversaire", les joyeux drilles de Splendid. L'occasion pour la rédaction de Marianne de classer les films les plus populaires de la troupe... En toute subjectivité, bien sûr ! 1er : Le père Noël est une ordure"C’est c’la oui…", "C’est fin, c’est très fin, ça se mange sans fin", "Je ne vous jette pas la pierre, Pierre, mais j’étais à deux doigts de m’agacer", "Je n’aime pas dire du mal des gens, mais, effectivement, elle est gentille"… Quarante-deux ans après sa sortie en salles où il ne fit pas un carton, le succès étant venu avec les diffusions télévisées opportunes à chaque fêtes de fin d’année, les répliques cultes du Père est une ordure, adaptation de la pièce du même nom que la troupe du Splendid avait créé en 1979, font toujours mouche. Pourquoi ? Tout simplement, parce que ce genre d’humour vache, féroce et qui n’épargne personne - associations caritatives, SDF, émigrés yougoslaves, travestis désespérés, bourgeois coincés… - est l’exact opposé du politiquement correct qui a envahi nos écrans et nos consciences. Et puis parce que, le slow esquissé par Christian Clavier et Thierry Lhermitte sur le Destinée de Guy Marchand,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République