"Ça commence aujourd'hui" : France 2 déprogramme en urgence l'émission de mercredi

Mauvaise pub. France 2 déprogramme en catastrophe le sujet prévu dans "Ca commence aujourd'hui" ce mercredi 4 mai. Consacré à l'endométriose, celui-ci a suscité la polémique avant même sa diffusion. Un extrait d'1'48", publié le 1er mai sur les réseaux sociaux de l'émission quotidienne présentée par Faustine Bollaert, a suffi à déclencher l'ire d'associations et de scientifiques.

Natacha Calestrémé au centre de la discorde

Au centre de la discorde : le discours de la principale invitée de l'émission, Natacha Calestrémé, sur cette maladie physique. Dans cette vidéo, celle qui est présentée comme spécialiste du développement personnel et auteure des livres "Les Clés de votre énergie" et "Trouver ma place", explique à une femme atteinte d'endométriose l'origine de ses fausses couches.

"Vous avez hérité de cette grand-mère ou arrière-grand-mère qui ont fait des enfants, qui ont perdu des enfants. L'endométriose, pour tous ceux qui nous écoutent, c'est un message de notre corps qui nous dit qu'avant, il y a eu une souffrance énorme d'une personne qui a associé le mot enfance et mort, et enfance et mort, ça ne va pas ensemble. Il y a une culpabilité, il y a une tristesse et on doit s'en libérer", conseille-t-elle.

Une explication hors de propos pour nombre d'associations et de personnes touchées par cette maladie, dont les témoignages ont été repérés par "Le Parisien". Choquée, l'association Endomind, agréée par le ministère des...

Lire la suite


À lire aussi

Guerre en Ukraine : France 2 déprogramme en urgence son numéro d'"Elysée 2022" avec Marine Le Pen ce soir
Présidentielle : F2 déprogramme son "Complément d'enquête" sur le "profilage politique" ce jeudi
Guerre en Ukaine : Arte déprogramme son prime time du mardi 15 mars

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles