Des kinés répondent à la Haute autorité de santé, qui recommande d'éviter la kinésithérapie pour soigner la bronchiolite

franceinfo

Faut-il continuer de prescrire de la kinésithérapie respiratoire pour soigner la bronchiolite ? Dans de nouvelles recommandations présentées jeudi 14 novembre, la Haute Autorité de santé (HAS) écarte cette pratique, pourtant largement prescrite en France pour soulager les nourrissons.

La bronchiolite est une affection respiratoire fréquente, qui touche 30% des bébés de moins de 2 ans chaque hiver, soit 480 000 cas par an, selon les estimations officielles. Causée par un virus, elle est très contagieuse, mais le plus souvent bénigne.

>> Pas de kiné respiratoire, lavage de nez… Les nouvelles recommandations pour soigner la bronchiolite des bébés

Selon ces directives, qui concernent uniquement les bébés de moins de 12 mois, la kiné respiratoire n'est pas recommandée, voire est contre-indiquée. En effet, la HAS souligne que les études n'ont pas apporté de preuve scientifique de l'efficacité de cette pratique contre la bronchiolite.

"Le kiné, c'est l'interlocuteur de premier recours"

Le débat sur la kiné respiratoire n'est pas nouveau. En 2012, la revue Prescrire avait jugé qu'elle n'était pas efficace contre la bronchiolite, ce qui avait provoqué les protestations des kinés. Contactés par franceinfo, des représentants de kinésithérapeutes défendent leurs pratiques. "Le rapport ne dit pas qu'il ne faut pas prescrire de soins de kiné. Le kiné, c'est l'interlocuteur de premier recours, celui qui va pouvoir voir l'enfant tous les jours, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi