« Ça a été très violent » : Attal se confie sur le harcèlement scolaire dont il a été victime

« Ce qui était dur pour moi, mais ce qui l'est aujourd'hui aussi pour beaucoup de jeunes, c'est parfois le sentiment qu'on n'a personne à qui en parler », a-t-il observé, disant avoir ressenti « de la souffrance ».  - Credit:GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
« Ce qui était dur pour moi, mais ce qui l'est aujourd'hui aussi pour beaucoup de jeunes, c'est parfois le sentiment qu'on n'a personne à qui en parler », a-t-il observé, disant avoir ressenti « de la souffrance ». - Credit:GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le ministre de l'Éducation Gabriel Attal, qui a fait de la lutte contre le harcèlement scolaire l'une de ses priorités, a raconté dimanche avoir lui-même été la cible de harcèlement scolaire. « J'étais à la fin du collège, j'avais 14, 15 ans. C'était un élève de l'établissement qui avait ouvert ce site sur lequel il fallait mettre des commentaires sur le physique des élèves », a expliqué le ministre dans l'émission Sept à huit sur TF1. « Et moi, à cette occasion, j'ai vécu un déferlement d'insultes et d'injures. Ça a duré plusieurs mois et ça a été très violent », a-t-il décrit.

À LIRE AUSSI Serge Raffy – Gabriel Attal, en mal d'empathie

« Les commentaires qui étaient postés, c'était “pédale, tafiole, tarlouze”, donc je pense que c'était sur une orientation sexuelle supposée à l'époque puisque je n'en parlais pas autour de moi », a poursuivi le ministre de 34 ans, qui a fait sa scolarité dans la réputée École alsacienne à Paris. « Ce qui était dur pour moi, mais ce qui l'est aujourd'hui aussi pour beaucoup de jeunes, c'est parfois le sentiment qu'on n'a personne à qui en parler », a-t-il observé, disant avoir ressenti « de la souffrance ».

« Il y a une fin à la souffrance »

« Si j'ai à ce point à cœur de m'engager sur le harcèlement scolaire, c'est peut-être parce que le fait d'avoir vécu des injures, ça a forgé quelque chose », a insisté Gabriel Attal, qui veut faire passer le message qu'« il y a une fin à la souffrance ».

À LIRE AUSSI Harcèlement scolaire : l [...] Lire la suite