«Ça a été très dur» : pendant cinq ans, Fares, Algérien, a vécu sans papiers en France

© Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Presque trois mois de légalité, puis 69 mois jusqu’à ce jour sous les radars. Quand son visa étudiant expire en février 2017, Fares, venu d'Algérie, enchaîne les boulots pour survivre et rester en France. Sa logique : il lui faut 3 ans de présence sur le territoire et 24 fiches de paie pour régulariser sa situation. "J'ai travaillé dans la fibre optique, dans le déménagement, sur les marchés, dans la restauration. J'ai été serveur puis chef de rang", raconte-t-il.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Précieux sésame

En novembre 2021, il décroche enfin un CDI, le sésame pour une demande de régularisation, grâce à un de ses anciens employeurs. "On a appris à se connaître. Il a vu comment je bossais, que j'étais sérieux. Alors quand il a monté sa boîte, il a pensé à moi et il m'a recruté. Depuis un an maintenant, je travaille comme agent d’exploitation dans une société de transport et de déménagement."

Avant cela, Fares passe cinq ans en France sans être inquiété. Quelques vérifications d’identité sans conséquences. Mais, en septembre dernier, lors d’un simple contrôle routier, les policiers l’embarquent. Il vit sa première garde à vue en six ans et tombe sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

LIRE AUSSI >>Immigration : ce que contient le nouveau projet de loi promu par Darmanin

L’OQTF suspendue

"Ça a été très dur, tout ce que j’ai construit pendant ces années s’est écroulé. J’ai toute ma vie sur le territoire fran...


Lire la suite sur Europe1