"Ça a été un grand honneur": la députée qui a porté la robe de Cécile Duflot à l'Assemblée témoigne

La députée Marie-Charlotte Garin sur le plateau de BFMTV le 29 juin 2022.  - Capture d'écran BFMTV
La députée Marie-Charlotte Garin sur le plateau de BFMTV le 29 juin 2022. - Capture d'écran BFMTV

Mardi 28 juin, c'était jour de rentrée à l'Assemblée nationale. Parmi les 302 nouveaux arrivants au Palais Bourbon, Marie-Charlotte Garin a particulièrement attiré l'attention des caméras et des observateurs politiques.

La nouvelle députée écologiste de la troisième circonscription du Rhône a en effet décidé de revêtir la fameuse robe blanche et bleue de Cécile Duflot. La même qui en 2012 lui avait valu, toujours dans les murs de l'Assemblée, une salve de sifflements et de remarques sexistes alors qu'elle était ministre du Logement.

"J'avais écrit à Cécile en lui disant que ce serait une bonne idée, avec quelques autres élues écologistes, de porter une robe de la même marque si l'on était élue. Cécile m'avait dit: 'écoute, si tu veux, je te prête ma robe pour l'installation'. J'ai donc eu un petit coup de fil le jour de ma victoire pour me dire que la robe m'attendait. Ça a été un grand honneur de la porter hier, et ça a été un moyen de faire passer quelques messages", a-t-elle expliqué ce mercredi sur BFMTV.

"Avoir un corps de femme en politique, ce n'est pas neutre"

À en croire le nombre de commentaires, notamment sur les réseaux sociaux, que lui a valu son geste, force est de constater que sa tenue est loin d'être passée inaperçue. La nouvelle députée, âgée de 26 ans, a détaillé les raisons qui ont motivé le choix de cette tenue hautement symbolique.

Elle qui a déjà accompagné plusieurs nouvelles élues en politique a assuré que lors de ces échanges avec ces dernières, le vêtement, ainsi que la séquence qui y est associée, revenaient régulièrement dans la discussion.

"Avoir un corps de femme en politique, ce n'est pas neutre", a-t-elle assuré sur BFMTV.

Puis de préciser que durant sa campagne, elle a, comme Cécile Duflot en 2012, subit de nombreux commentaires sexistes concernant son apparence, autant par des personnalités politiques que par "monsieur et madame tout le monde".

De quoi renforcer un peu plus sa volonté de faire un clin d'œil à la robe, qui a d'ailleurs déjà été exposée au musée des Arts décoratifs à Paris, dans le cadre de l'exposition Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale.

Écologie, féminisme et service public

Pour les cinq ans qui l'attendent, Marie-Charlotte Garin entend avant tout porter des questions relatives à l'égalité femmes-hommes, mais également au climat.

"Je porte la question de la génération climat. Ça a été la source de mon engagement en politique. Je porte aussi la question des droits des femmes, des luttes contre les discriminations et aussi du service public. C'est quelque chose que j'ai beaucoup porté pendant ma campagne. Qu'on habite à la campagne ou en centre-ville, on a tous besoin d'un service public de qualité", a-t-elle assuré ce mercredi.

Tout en perpétrant ce que ses prédécesseures ont déjà accompli dans les murs du Palais Bourbon, à laquelle la robe portée mardi fait directement référence. "Il y a une histoire de transmission, la politique entre femmes, c'est quelque chose qui se tisse avec des liens sur le temps long", a-t-elle estimé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles