Pas à pas, l'Afrique avance sur la voie du libre-échange

Nicolas DELAUNAY
A l'ouverture du sommet de l'Union africaine (UA) à Niamey, le 4 juillet 2019

Nairobi (AFP) - L'Union africaine réunie en sommet à Niamey va lancer dimanche la "phase opérationnelle" de la Zone de libre-échange continentale (Zlec), projet phare en vue de l'émancipation économique de l'Afrique qui bénéficie désormais du soutien, longtemps désiré, de la première économie du continent, le Nigeria.

Les observateurs évoquent toutefois un événement en trompe l'oeil, car d'âpres et longues négociations se poursuivent en coulisses sur la mise en oeuvre progressive de la Zlec, qui pourrait inclure potentiellement 55 pays et 1,2 milliard de personnes, pour un PIB cumulé de plus de 2.500 milliards de dollars.

L'on devrait notamment connaître à Niamey le pays choisi pour accueillir le secrétariat de la Zlec - le Ghana et eSwatini, entre autres, sont candidats -, mais "les négociations sur certains points très importants ne sont pas encore achevées", souligne Trudi Hartzenberg, directrice du Centre juridique sud-africain Tralac, spécialiste des questions commerciales.

Elle évoque notamment le calendrier de l'abaissement des droits de douanes, attendu pour la mi-2020, les règles permettant d'établir qu'un produit a été fabriqué en Afrique (exemple: un t-shirt fabriqué au Cambodge et qui se voit apposer une broderie en Namibie ne pourra vraisemblablement pas porter le label "made in Namibia"?) ou encore les règles de concurrence entre pays et les mécanismes d'arbitrage.

La Zlec doit favoriser le commerce au sein du continent, attirer des investisseurs et permettre aux pays africains de s'émanciper de l'exploitation des matières premières. L'UA estime que sa mise en œuvre permettra d'augmenter de près de 60% d'ici à 2022 le commerce intra-africain, alors que les détracteurs du projet évoquent le manque de complémentarité des économies africaines et craignent que des importations bon marché ne sonnent le glas de certains petits producteurs agricoles et industriels.

Actuellement, seulement 16% du commerce des pays africains s'effectue avec d'autres pays du continent, et ce principalement au sein des groupes économiques régionaux tels que la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe), la Cedeao (Communauté économique d'Afrique de l'Ouest) ou l'EAC (Communauté d'Afrique de l'Est). Le commerce intra-européen s'élève à quelque 65%.

"L'Afrique commerce avec le reste du monde, mais elle ne commerce pas avec elle-même", regrette Jakkie Cilliers, de l'Institut pour les études sur la sécurité, selon lequel "une zone de libre-échange est presque un prérequis à l'industrialisation".

- 'Baguette magique' -

"La mise en oeuvre de la Zlec se fera petit à petit" sur plusieurs années, assure Mme Hartzenberg, expliquant par ailleurs que la réussite de cette zone de libre-échange dépend beaucoup de l'élimination d'obstacles dits "non tarifaires", auxquels la Zlec entend s'atteler, tels la corruption, la piètre qualité des infrastructures ou le temps d'attente aux frontières.

Dans un rapport publié en avril, le Fonds monétaire international (FMI) soutient qu' "améliorer la logistique commerciale, tels les services douaniers, et régler le problème des mauvaises infrastructures pourrait être jusqu'à quatre fois plus efficace que la réduction des tarifs douaniers pour favoriser le commerce".

Elissa Jobson, du groupe de réflexion International Crisis Group, rappelle de son côté que "l'accord (de libre-échange) entre le Canada et l'Union européenne a été négocié pendant sept ans alors qu'il impliquait d'une part un pays et de l'autre un groupe relativement homogène de 28 pays, et non 55 pays se trouvant à des niveaux de développement économique très différents".

Jakkie Cilliers renchérit: "Cela va prendre environ une décennie pour que les effets positifs se fassent sentir. Tout ne va pas changer en un coup de baguette magique".

- Protectionnisme -

Si 52 pays ont signé l'accord de la Zlec depuis sa création en juillet 2018, cette dernière ne pouvait entrer en vigueur qu'après ratification de 22 pays au minimum. Ce chiffre a été dépassé, avec actuellement 25 pays signataires dont de nombreux poids-lourds du continent comme l'Afrique du Sud, l'Egypte, le Kenya ou l'Ethiopie.

Mais le projet souffrait jusqu’il y a peu de l'absence notable de la première économie africaine, le Nigeria et son marché de quelque 190 millions d'habitants.

Le Nigeria, dont l'économie repose essentiellement sur les exportations de pétrole, avait encouragé les premières discussions sur la Zlec au tournant du millénaire. Mais le protectionnisme a pris le pas sur l'ouverture notamment en raison d'une grave récession en 2016 et 2017.

Les détracteurs nigérians de la Zlec craignent que l'industrie locale, dont les coûts structurels sont très élevés (manque d'infrastructures, coupures d'électricité, prix des loyers, etc), ne soit plombée par les importations massives. Finalement, la présidence a annoncé mercredi que le traité serait signé lors du sommet de l'UA.

Les pays membres pourront protéger certains secteurs d'une suppression trop rapide des droits de douane.

Le but de la Zlec est dans un premier temps de supprimer les droits de douane pour 90% des marchandises. Laissés à la discrétion de chaque pays, 7% pourcents seront libéralisés sur une période plus longue, tandis que les trois restants ne le seront pas.

"On peut tout à fait imaginer qu'un pays comme l'Afrique du Sud va essayer de protéger des secteurs tels que le textile ou l'automobile, très importants pour son économie", prédit Mme Hartzenberg.