À Washington, des femmes racontent leur viol pour défendre le droit à l’avortement

Olivier O'Mahony

Elles racontent leur drame mais préfèrent rester anonymes : trop dangereux de témoigner à visage découvert sur ce sujet dans l’Amérique d’aujourd’hui .

«J’ai été violée à l’âge de 15 ans par deux hommes, dans les années 60, en Virginie. Comme c’était illégal de se faire avorter dans cet État à cette époque, j’ai dû aller ailleurs. C’était extrêmement traumatisant. Voilà pourquoi je suis là aujourd’hui». Ce samedi 14 mai, Helene n’aurait pour rien au monde manque la marche organisée contre l’abrogation de l’arrêt Roe v. Wade qui légalise l’IVG, voté en 1973. «Je suis de toutes les manifs sur ce sujet, et elles se sont multipliées à partir des années 90, quand les premières restrictions contre Roe v. Wade sont apparues. Je ne veux pas d’un retour à la situation que j’ai connue. Ce serait trop horrible pour ma petite fille Maddie». Celle-ci se tient fièrement à ses côtés. Dans ses mains, un panneau : «J’ai 18 ans et j’en ai déjà marre de toute cette m…». Maddie est décidée à se battre pour le maintien de l’avortement. Elle jure : «Ma génération est très engagée politiquement . J’irai voter en novembre prochain, aux élections Midterms (législatives), pour faire barrage aux réactionnaires».

Lire aussi :Le soutien à l’Ukraine et sa bataille pour l’IVG : Joe Biden repart à l'attaque

Le visage caché par son panneau

Erika se cache derrière sa pancarte.
Erika se cache derrière sa pancarte.

Erika se cache derrière sa pancarte. © Olivier(...)
Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : "C’est un danger pour les femmes les plus pauvres et les jeunes"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles