À quoi va ressembler le nouveau gouvernement d'Emmanuel Macron?

·5 min de lecture
Emmanuel Macron au Champ-de-Mars, à Paris, après sa victoire au second tour de l'élection présidentielle, le 25 avril 2022. - LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron au Champ-de-Mars, à Paris, après sa victoire au second tour de l'élection présidentielle, le 25 avril 2022. - LUDOVIC MARIN / AFP

876450610001_6305049586001

Les spéculations vont bon train. Ce lundi, au lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron à la tête du pays avec 58,54% des suffrages, tout le monde s'interroge déjà sur la configuration du futur gouvernement qu'il choisira pour incarner le "projet ambitieux" annoncé dimanche soir, depuis le Champ-de-Mars.

Pour l'instant, tous les membres du gouvernement sont encore en poste et doivent se réunir lors du prochain Conseil des ministres ce mercredi. Le président avait affirmé la semaine dernière, lors d'un déplacement à Figeac, dans le Lot, la nécessité d'avoir "une transition" cette semaine, avant l'arrivée d'une nouvelle équipe.

"Il est important que dans ce contexte de guerre et de tension très forte sur le pouvoir d'achat, il puisse y avoir une gestion des affaires courantes très réactive, car il pourrait y avoir des mesures d'urgence qu'il faudra prendre dans les prochains jours. Il faut de la continuité", avait-il précisé lors d'une interview sur notre chaîne.

Une future Première ministre?

Selon Clément Beaune, invité ce lundi matin de BFMTV, "il y aura certainement du renouvellement". Si le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes ne "peu[t] pas faire de révélations", Emmanuel Macron "aurait le souhait d'une nomination féminine à Matignon", a-t-il glissé. Un "souhait" que le Président avait déjà évoqué en 2017, pendant sa première campagne présidentielle, avant de finalement se décider pour Édouard Philippe. Puis sur Jean Castex à l'été 2020.

876450610001_6305033948001

Une membre actuelle du gouvernement "coche toutes les cas", selon les informations de Philippe Corbé, chef du service politique de BFMTV. Celui d'Élisabeth Borne, ministre du Travail. "Elle vient plutôt de la gauche, possède à la fois l'expérience du privé et du public, et a dirigé plusieurs ministères techniques", a-t-il expliqué.

"D'autres noms circulent. Celui de Nathalie Kosciusko-Morizet, même si des gens chez Emmanuel Macron disent que ça ne fonctionne pas pour telle ou telle raison. Et un autre, qui nous a surpris, celui de Catherine Vautrin, qui a été ministre et parlementaire importante de l'UMP (l'ancien nom des Républicains, NDLR)", a-t-il ajouté, précisant qu'il ne s'agit là que "de spéculations au sein du camp Macron, pas d'informations venant du Président lui-même".

Mais selon notre éditorialiste Amandine Atalaya, "les noms d'Élisabeth Borne et de Catherine Vautrin n'incarnent pas grand-chose politiquement". "Et à l'inverse, Nathalie Kosciusko-Morizet est presque trop forte, de façon personnelle, et ça pourrait être un embarras pour un Président qui semble vouloir prendre un peu toute la lumière et chercher un profil qui ressemblerait davantage à celui de Jean Castex qu'à celui d'Edouard Philippe", a-t-elle poursuivi.

Une autre ancienne ministre de droite, Christine Lagarde, pourrait également être nommée à Matignon, a indiqué notre éditorialiste Matthieu Croissandeau, une personne "suggérée par Nicolas Sarkozy". Seul bémol: elle est "très occupée" par son mandat à la tête de la Banque centrale européenne. Et a déjà dit que son mandat "courait" et "qu'elle ne pouvait pas imaginer d'avenir politique français".

Des personnalités écolos?

L'écologie, qui devrait être au centre du projet d'Emmanuel Macron pour son deuxième quinquennat, pourrait l'amener à faire "un geste d'ouverture", estime Matthieu Croissandeau. Au moment de son grand meeting d'entre-deux-tours à Marseille, le chef de l'État s'était, en effet, employé à verdir ses propositions, après l'arrivée de Jean-Luc Mélenchon en troisième position lors du premier tour avec un programme largement tourné vers l'écologie.

Le chef de l'État avait alors multiplié les promesses, s'engageant à réduire les émissions de gaz à effet de serre "deux fois plus vite", notamment en plantant "140 millions d'arbres" et en nommant un Premier ministre "directement chargé de la planification écologique". Un chef de gouvernement qui serait entouré de deux ministres pour ce faire, l'un chargé de "la planification énergétique" et l'autre de la "planification écologique territoriale".

Deux noms circulent pour rejoindre le futur gouvernement, rapporte Philippe Corbé. Celui de Jean-Marc Jancovici, un ingénieur engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique et membre du Haut conseil pour le climat auprès du Premier ministre. Et celui de Pascal Canfin, un député européen ancien membre d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) et élu en 2019 sur la liste Renaissance de La République en marche (LaREM).

Des ministres sur le départ?

Si de nouvelles personnalités devraient rejoindre le prochain gouvernement, des ministres en poste pourraient eux être sur le départ. Selon notre éditorialiste Amandine Atalaya, des doutes existent sur le futur du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, "en conflit permanent avec les magistrats", et sur celui du ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, "dont les positions très affirmées, notamment son combat sur la laïcité ou l'anti-wokisme, ont pu agacer un peu le Président".

À l'inverse, d'autres seraient "plutôt en odeur de sainteté", à l'image du ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, qui a même un temps été cité comme Premier ministrable.

Les tractations politiques devraient activement se poursuivre dans les prochains jours afin qu'Emmanuel Macron constitue un gouvernement rassurant celles et ceux qui n'ont pas voté pour lui par conviction, et devienne véritablement "le président de toutes et tous", comme il le souhaite. En 2017, il avait mis dix jours à présenter son équipe, après son élection du 7 mai.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles