À quoi va ressembler l'Institut du service public, appelé à remplacer l'ENA ?

·1 min de lecture

Comme l'avait annoncé Europe 1, Emmanuel Macron a promis jeudi la suppression de l'ENA (Ecole nationale d'administration), chargée de former les hauts fonctionnaires du pays, et son remplacement par une nouvelle école, l'Institut du service public, l’ISP. Comment fonctionnera cette école ? Eléments de réponse.

L’ISP devra "sélectionner des profils moins déterminés socialement" que l'ENA. Lors d'une visioconférence avec quelque 600 hauts fonctionnaires à qui il présentait sa réforme de la haute fonction publique a donné la philosophie générale qui devra présider à la future école chargée de former les hauts fonctionnaires du pays. Car le président a bien confirmé la suppression de l’École nationale d’administration (ENA) - annoncé par Europe 1 jeudi matin - qui sera remplacée par une "nouvelle" école, baptisée Institut du service public (ISP). En voici les premiers contours.

Nouveaux profils et tronc commun

Première nouveauté, donc : cette école, qui restera à Strasbourg, devra diversifier son recrutement, avec des étudiants au profil sociologique plus varié et davantage issus du monde universitaire.

Pour ce qui est de la formation, l'Institut du service public disposera d'un tronc commun aux élèves des 12 autres écoles de la haute fonction publique, comme l'École nationale de la magistrature ou l'école des commissaires de police, l'ENSP (École nationale supérieure de la police). Le contenu du tronc commun n'est pas encore très précis, mais on sait qu'il portera sur des problématiques actuelles : valeurs républicaines, laïcité, inégalités, discours scientifiques.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Formation continue et passage sur le terrain

Autre nouveauté : la formation continue destinée aux hauts fonctionnaires en poste, avec notamment la création d'...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :