À Toulouse ou Montpellier, les gilets jaunes tentent de se relancer après le déconfinement

Le HuffPost avec AFP
Des échanges tendus entre gilets jaunes et commerçants ont eu lieu ce 16 mai à Toulouse.

GILETS JAUNES - Privés de manifestation pendant les deux mois de confinement, des gilets jaunes avaient appelé à un retour dans la rue ce 16 mai, premier samedi du déconfinement. Quelques centaines d’entre eux se sont rassemblés à Toulouse, Montpellier, Nantes ou Paris, malgré des interdictions formulées par les préfectures.

À Toulouse et Nantes, qui avaient connu de fortes manifestations en 2018 et 2019, les gilets jaunes ont tenu de petits regroupements épars en centre-ville en début d’après-midi, en présence d’importantes forces de police, qui ont procédé à des verbalisations. Même situation à Bordeaux, ancien bastion du mouvement, où une partie des 150 gilets jaunes venus manifester ont déambulé par petits groupes dans le centre historique avant leur dispersion sans incident, selon la préfecture de la Gironde.

Dans la capitale de l’Occitanie, quelques dizaines de commerçants soutenus par le maire LR Jean-Luc Moudenc ont manifesté en riposte à ces appels lancés par les gilets jaunes. Le rassemblement, qui a réuni pour l’essentiel des représentants d’associations de commerçants, a donné lieu à plusieurs échanges tendus avec quelques gilets jaunes et militants anticapitalistes, comme le montrent des vidéos du quotidien La Dépêche.

 

“Nous sommes là pour dire qu’il est irresponsable de la part des gilets jaunes de manifester avec les risques de contamination et irresponsable de bloquer les commerces, qui sont sous assistance respiratoire”, a affirmé à l’AFP Philippe Léon, d’une association de commerçants du centre-ville. 

“L’enjeu est de nous laisser nous refaire une santé, nous...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post