À Toulouse, une cellule de soutien pour les personnes âgées isolées

Chaque semaine, ce retraité toulousain confiné en raison d'une pathologie respiratoire reçoit l'appel de la maison des solidarités de son quartier. Une discussion téléphonique qui lui permet de garder un lien avec l'extérieur et de briser son isolement. Le docteur Marie-Blanche Pagès, cheffe du service autonomie Maison des solidarités, constate qu'il n'y a jamais eu un tel besoin de lien social avec les personnes vulnérables dans la métropole toulousaine. "Le Covid fait tellement peur et on a tellement dit qu'il ne fallait pas aller voir les personnes âgées parce qu'on allait les tuer, que certaines familles ont peur aussi d'être responsable de leur mort. La visioconférence, c'est bien pour les jeunes, moins pour les personnes âgées. Donc c'est vrai que tout ça fait que les gens se sentent isolés, rejetés, et tombent dans la dépression", raconte t-elle. En Haute-Garonne, une trentaine de maisons des solidarités offrent leur soutien psychologique à environ 650 personnes.