À la Une: les tensions dégénèrent en Haïti

Après l’annonce par le Premier ministre Ariel Henry d’une augmentation des prix du carburant, les Haïtiens ne décolèrent pas. Bien au contraire. Ils doivent déjà faire face à la mainmise des gangs qui contrôlent une bonne partie du territoire national, violent, kidnappent et tuent. Ils doivent trouver à manger avec une inflation qui dépasse les 30% et une augmentation spectaculaire des prix des produits de base, comme le riz ou l’huile. Dans ce contexte, l’augmentation des prix à la pompe pour acheter de l’essence ou du diesel est le goutte qui fait déborder le vase.

Aux Gonaïves, les manifestants ont pillé ce jeudi les entrepôts de la Caritas et du Programme alimentaire mondial. « À Port-au-Prince, les manifestants ont attaqué le siège de la Télévision nationale d’Haïti », alerte le Miami Herald. Une intervention de la police a pu éviter que le bâtiment soit entièrement saccagé. Une foule en colère s'en est pris à une banque, pillé des entreprises privées et des magasins et a incendié « les bureaux de vente du 4C », l'un des principaux laboratoires pharmaceutiques du pays, rapporte le site internet Juno 7. Difficile de les chiffrer pour l'instant, mais les dégâts sont importants.

À écouter aussi : Nouvelle journée de violences en Haïti


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Haïti: manifestations, pillages et axes routiers bloqués
Haïti: les manifestations paralysent le pays, de plus en plus isolé
Manifestations en Haïti: «Cette situation est l'aboutissement d'un pourrissement»